Les élections présidentielles françaises, où va-t-on?

Par AG Insurance

Le Premier ministre néerlandais Mark Rutte a comparé les élections aux Pays-Bas, marquées par une faible percée de l’extrême-droite, à un quart de finale gagné par l’Europe. La demi-finale se jouera en France avec les élections présidentielles qui se tiendront au printemps, tandis que la finale se disputera en automne avec les élections fédérales en Allemagne. Cette comparaison manque toutefois d’à-propos puisque les deux principaux protagonistes des élections allemandes, Angela Merkel et Martin Schulz, sont tous deux pro-européens tandis que le parti anti-européen AfD continue de plafonner à environ 10 % dans les sondages.

Pour l’Europe, le véritable défi passera par les élections présidentielles françaises. La candidate d’extrême droite anti-européenne Marine Le Pen tient actuellement la corde, au coude à coude avec le candidat de centre-gauche Emmanuel Macron. Il semble en effet que ce soient ces deux candidats qui sortiront vainqueurs du 1er tour le 23 avril et s’affronteront lors du second tour le 7 mai.

Le programme de Marine Le Pen suscite la nervosité sur les marchés financiers. Au-delà des positions anti-immigration, son programme s’aligne aussi sur une politique économique ouvertement de gauche et une position farouchement anti-européenne. Sur le plan économique, Marine Le Pen entend ramener l’âge de la pension à 60 ans, maintenir la semaine de travail de 35 heures et annuler les traités commerciaux internationaux. Pour ce qui est de l’Europe, elle souhaite organiser un référendum sur l’adhésion de la France à l’Union et à l’euro (bien que sa tâche s’annonce compliquée étant donné que l’organisation d’un tel référendum nécessite en principe l’accord du Sénat et de la Chambre et qu’il lui sera pratiquement impossible de dégager une majorité favorable à son projet en tout cas au Sénat). Il n’est donc guère étonnant de constater que les bons résultats obtenus par Marine Le Pen dans les sondages rendent les marchés financiers quelque peu nerveux : au cours des 6 derniers mois, la différence de taux entre la France et l’Allemagne est passée d’environ 0,25 % à 0,65 %.

Pourtant, cette nervosité semble légèrement exagérée. Même si la candidate du Front National devrait vraisemblablement franchir le premier tour, il y a peu de chances de la voir s’imposer au second. Dans le duel qui se dessine entre les deux candidats, les sondages donnent environ 60 % de voix favorables à Emmanuel Macron, contre seulement 40 % pour Marine Le Pen. Nous sommes conscients que les sondages d’opinion ont fait fausse route dans le cas du Brexit et du scrutin présidentiel américain, mais les deux camps se partageaient alors environ 50 % des voix et le résultat final était malgré tout conforme à la marge d’erreur. En France, les sondages donnent à Emmanuel Macron une avance relativement constante et confortable, et les prévisions paraissent plus fiables. Selon nous, les chances de voir Marine Le Pen remporter ces élections sont faibles, même si de nombreux Français hésitent encore parmi les différents candidats. Nous estimons la probabilité d’une victoire de Le Pen à 20 %. Si l’avenir nous donne raison, les marchés européens d’actions et d’obligations devraient pousser un soupir de soulagement dès le 8 mai. Et, pour le dire honnêtement, ils ne seront pas les seuls…

Lire aussi le corner Assurances

 

 

Ce contenu a été publié dans Actualité, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.