Fiscalité : Quels changements pour vos placements et votre épargne en 2018 ?

@Pexels

L’année 2018 apportera des changements dans la fiscalité de votre épargne. Petit tour d’horizon des principales mesures qui entreront en vigueur le 1er janvier 2018.

    • La taxe sur les comptes-titres, appelée taxe d’abonnement a fait (et fera encore) couler beaucoup d’encre. Pour rappel, une taxe annuelle de 0,15% va s’appliquer sur l’ensemble des comptes-titres s’ils atteignent ou excèdent 500.000 euros et ce, dès le premier euro, c’est à dire sur l’ensemble du compte-titres. Les titres inscrits sur des comptes-titres qui sont visés sont les actions cotées ou non cotées, les obligations cotées ou non, les sicav, les ETF, les certificats d’actions ou d’obligations, les warrants, les bons de caisse. C’est l’encours total des comptes-titres détenus en Belgique et éventuellement à l’étranger qui sera pris en considération pour apprécier le seuil de 500.000 euros.

  • La TOB (Taxe sur les opérations de bourse) va passer de 0,27% à 0,35% pour les actions et de 0,09% à 0,12% pour les obligations.
  • Les comptes d’épargne, longtemps favorisés par le législateur grâce à une exonération de précompte mobilier, ont enfin été revus mais dans une mesure assez faible finalement : le niveau d’exonération des intérêts au précompte mobilier (qui est ici de 15%) passe 1.880 euros à 940 euros par an.
  • Le champ de la taxe Caïman va être étendu aux doubles structures et cette taxe va désormais viser les assurances-vie de la Branche 21 et de la Branche 23. Si cette modification entre en vigueur, un contribuable qui aurait transféré les parts d’une construction juridique dans une assurance-vie sera alors taxé sur les revenus produits par cette construction.
  • Des mesures vont cependant alléger la fiscalité sur certains instruments en vue de stimuler certains types de placements. C’est ainsi que le gouvernement a prévu une exonération de précompte mobilier (qui est de 30%) sur les revenus issus de l’achat d’actions. La première tranche de 627 euros de bénéfices en dividendes d’actions sera ainsi exonérée de précompte mobilier.
  • Les comptes d’épargne-pension reçoivent également un avantage. Désormais, les investisseurs pourront opter pour une réduction de 25% sur un montant annuel de 1.200 euros sachant qu’aujourd’hui la réduction est de 30% sur un montant de 940 euros. Ici, nous attirons l’attention des contribuables en les invitant à faire un calcul précis de leur avantage car il peut s’avérer que la réduction plus faible sur un plus grand montant ne soit pas avantageuse pour lui.
  • Au niveau régional, en Wallonie, on assistera à partir du 1er janvier 2018 à une diminution des droits d’enregistrements sur les donations mobilières (3% en ligne directe et 7% dans les autres cas). D’autres mesures sont également prévues visant les biens immobiliers.

Pour en savoir plus sur ce sujet et sur le monde financier et économique, abonnez-vous à la newsletter hebdomadaire ici 

Consultez aussi :

Taxe sur les comptes-titres : mode d’emploi

Taxer les comptes-titres, contre-productif et incohérent

Vers un impôt belge sur la fortune ?

Taxe Caïman et sicav FIS-luxembourgeoise, état des lieux

 

Ce contenu a été publié dans Actualité, Fiscalité, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

3 réponses à Fiscalité : Quels changements pour vos placements et votre épargne en 2018 ?

  1. DM dit :

    En ce qui concerne l’épargne pension, et la possibilité de choisir de verser, en 2018, jusqu’à 940 euros avec une réduction d’impôt de 30 %, ou de préférer verser de 941 à 1200 euros avec une réduction d’impôt de 25 %, vous nous suggérez, à juste titre, de faire un calcul précis car « il peut s’avérer que la réduction plus faible sur un plus grand montant ne soit pas avantageuse ».

    Et vous avez tout à fait raison de suggérer d’être prudent.

    1. Depuis votre article, la presse, y compris La Libre, a attiré l’attention sur le fait qu’un versement entre 941 et 1128 euros amenait à une réduction fiscale inférieure à celle obtenue sur 940 euros. Le Ministre en aurait appelé au devoir d’information des banques pour que les citoyens en soient conscients, mais par ailleurs compte bien que 15 % des gens se fassent, pour reprendre le terme d’un de vos collègues journalistes, « piéger » (voir document sur lequel la presse se base, émanant de la Cour des Comptes).

    2. Par contre, la presse n’a pas ou pas encore relevé qu’un versement entre 1128 et 1200 euros n’est pas non plus fiscalement intéressant. En effet, le surplus versé par rapport aux 940 ne rapporte qu’au mieux, à condition de verser le maximum de 1200 euros, une déduction fiscale de moins de 7 % (1), soit moins que la taxe de 8 % perçue sur le capital d’arrivée (à 60 ans, avec des modalités sur lesquelles je ne m’appesantis pas).
    (1) déduction fiscale sur 1200 euros : 300 euros, soit 18 euros de plus que sur 940 euros. 18 euros représentent 6,92 pct de (1200-940).

    La réponse me semble donc être claire : IL NE SERA PAS INTÉRESSANT, fiscalement, DE VERSER PLUS DE 940 EUROS EN ÉPARGNE PENSION.

    Sauf peut-être le cas marginal de celui qui est au-delà de 60 ans, et ne subira plus la taxe de 8%. Et encore : il faut compter la charge importante des frais que les opérateurs, banques ou assureurs, font peser sur les produits d’épargne pension.

    • I.de.L dit :

      Il est vrai que, fiscalement, il n’est pas nécessairement intéressant de souscrire à ce type de produits mais, globalement, il est toujours bon d’épargner pour sa pension avec ou sans avantage fiscal.

  2. DM dit :

    Les articles sur la taxes sur les comptes-titres ont été retirés du projet de loi programme. Ils font l’objet d’un nouveau projet distinct, qui doit repasser au conseil d’Etat.
    Cela renforce l’espoir que cette taxe juridiquement branlante ne voie jamais le jour. Même si elle devait voir le jour, il y a de fortes chances que des citoyens saisissent la Cour Constitutionnelle pour inégalité des citoyens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *