Comment mettre en place une couverture du risque de change?

DSCN1880Par iDealing

Un des moyens d’obtenir un portefeuille diversifié, pour un investisseur belge, consiste à acheter des actions ou des obligations belges. Il existe également un autre univers de titres dans d’autres pays. Les États-Unis et le Royaume-Uni, par exemple, possèdent un grand nombre d’entreprises importantes, qui émettent des actions et des obligations. Celles-ci peuvent constituer un complément intéressant dans un portefeuille, mais elles comportent des risques de change.

C’est le cas, par exemple, si vous avez acheté des parts dans une société américaine. Si leur valeur boursière augmente de 10 % mais que, dans le même temps, la valeur du dollar américain baisse de 10 % par rapport à l’euro, l’investisseur aura alors obtenu un rendement nul en euros sur cette position.

Pour éviter une telle situation, une autre stratégie consiste à acheter des titres étrangers, mais à couvrir le risque de change. Il existe deux façons de couvrir le risque de change. La première (si vous disposez de l’expérience nécessaire) consiste à échanger un CFD (Contract for Difference) selon la paire de devises utilisées, en misant sur une dépréciation du dollar par rapport à l’euro. La seconde (pour les investisseurs moins expérimentés) est d’acheter un ETF (Exchange Traded Fund) sur la paire de devises utilisées, dont la valeur augmente lorsque le dollar recule par rapport à l’euro. Par exemple, le LEUR, qui est coté à la bourse de Londres, voit sa valeur augmenter lorsque le dollar recule et lorsque l’euro monte.

Un autre moyen consiste à acheter simplement des devises étrangères. Il peut parfois s’avérer judicieux d’intégrer directement des devises en portefeuille. Par exemple, dans le climat actuel, les investisseurs pourraient avoir l’impression que c’est l’économie américaine qui offre les meilleures perspectives au niveau mondial et qu’ils peuvent alors simplement vendre leurs euros en échange de dollars américains. Indépendamment de ce qu’il adviendra des titres qui se trouvent dans leur portefeuille, ils obtiendront un retour sur investissement positif en cas d’une hausse du dollar.

Lire aussi le corner Billet d’humeur

Ce contenu a été publié dans Actualité, Placements, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.