Quelle est l’importance des dividendes dans la performance des SIR ?

DSC_2578Par BNP Paribas Investment Partners

En raison de leur structure spécifique, la probabilité que les valeurs de l’immobilier coté, comme les SIR, versent des dividendes est plus grande que pour les autres actions. Afin de conserver leur régime d’imposition spécifique et favorable, les règles uniques applicables aux SIR prévoient qu’elles redistribuent la quasi-totalité de leurs revenus aux actionnaires. Aux États-Unis, par exemple, les REIT (équivalent des SIR) doivent satisfaire aux exigences du Code Section 857(a) sur la distribution des dividendes et des bénéfices qui stipule le versement d’au moins 90 % de leurs résultats sous forme de dividendes.

Des pratiques similaires sont en vigueur en Europe et en Asie, avec des pourcentages oscillant entre 70 et 90 % des revenus à distribuer aux actionnaires sous forme de dividendes. Lorsque les sociétés immobilières respectent ces exigences, elles bénéficient d’un régime de taxation allégé. Par conséquent, les actions immobilières offrent des rendements supérieurs aux autres actions, et leurs rendements totaux et leur surperformance proviennent historiquement des dividendes. Comparativement à d’autres actions, bon nombre de gérants à la recherche de revenus et d’augmentation du capital à long terme apprécient l’immobilier coté.

Entre 1990 et 2015, dans les régions comme les États-Unis, le Royaume-Uni, la zone euro, l’Asie et pays développés près de la moitié des rendements des actions immobilières cotées est venue des dividendes, à l’exception de l’Asie, où les dividendes réinvestis ont moins contribué à la performance. À long terme, la contribution des dividendes réinvestis au rendement total est clairement plus importante pour l’immobilier coté que pour les actions de toutes les régions en général. Sur cette période, les rendements de l’immobilier coté américain ont atteint en moyenne 500 pb, contre à peine 200 pb pour l’indice MSCI US. Globalement, les dividendes de l’immobilier ont oscillé autour de 400 pb, contre 200 pb pour l’indice MSCI World. Le schéma est similaire dans les autres régions, à l’exception de l’Asie.

Consultez aussi le corner Marchés

Ce contenu a été publié dans Placements, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.