Qu’est-ce que les fonds vautours ?

DSC_1103_2Les fonds vautours sont des fonds d’investissement qui sont créés dans un but précis : racheter à bas prix des obligations qui représentent des dettes sur des débiteurs de très mauvaise qualité. Pourquoi créer de tels fonds alors que d’habitude les fonds d’investissement cherchent des obligations qui offrent le meilleur rapport qualité/rendement en fonction du niveau de risque du fonds ?

En réalité, nous sommes ici face à des fonds spéculatifs qui recherchent sciemment des titres émis par des entreprises ou des Etats en difficulté, souvent proches du défaut de paiement, avec un objectif de placement bien précis : les racheter à bas prix (parfois 20% de leur valeur nominale) en espérant réaliser une plus-value si l’entreprise ou l’Etat rentre en phase de restructuration. Ils peuvent aussi refuser cette phase de restructuration, intenter une action en justice en vue de récupérer leur créance à une valeur proche de la valeur nominale augmentée éventuellement des intérêts dus et … des frais de justice engagés pour cette récupération. Ce qui leur permet de réaliser une plus-value substantielle.

Ces fonds sont souvent critiqués pour leur action qui vise le défaut de paiement et de tirer parti de la situation difficile des débiteurs. Pourtant, les tribunaux leur donnent régulièrement raison en se fondant sur le droit de se voir rembourser ce qui avait été contractuellement prévu. On comprendra aisément que ce genre de fonds n’est pas destiné au grand public et que ce sont des fonds hautement spéculatifs créés souvent par des milliardaires qui acceptent de prendre ce risque. Ces fonds sont généralement basés dans des paradis fiscaux.

Récemment, un accord vient d’être signé entre quatre fonds vautours et le gouvernement argentin qui payera 75% de la valeur (avec les intérêts et les frais de justice) d’obligations émises par cet Etat et ayant fait l’objet d’un défaut de paiement en 2001. Cela correspond à une somme de 4,6 milliards de dollars. En 2005 et 2010, l’Argentine avait obtenu un accord pour restructurer la majorité de sa dette moyennant une décote de 70%. Cela signifie que les titres ne valaient plus que 30% de leur valeur nominale. Cependant, 7% des créanciers avaient refusé cet accord de restructuration. Deux fonds vautours américains possédant 1% de la dette argentine ont obtenu l’accord d’être remboursés avant les détenteurs des 93% de la dette restructurée. Ces fonds vautours ont ainsi réalisé une plus-value de l’ordre de 1 600%. Indécent, injuste sont les mots qui viennent à l’esprit. Mais pourquoi l’état argentin accepte-t-il de telles conditions ? Il s’agissait pour l’actuel président argentin de se rouvrir la possibilité d’emprunter à nouveau sur les marchés internationaux. Une question de réputation mais… avec le couteau sur la gorge !

Cet article vous a intéressé ? Consultez aussi :

Attention, pourquoi une obligation n’est pas l’autre ?

Comment protéger son portefeuille en cas de hausse des taux d’intérêt ?

Qu’est-ce qu’une obligation ?


Pour en savoir plus sur ce sujet et sur le monde financier et économique, abonnez-vous gratuitement à la newsletter hebdomadaire ici
Nous n’avons que des produits de courrier électronique concernant la newsletter, des flashs actu ou l’invitation à des événements que nous organisons. C’est pour recevoir ce type d’informations que les lecteurs s’inscrivent. Nous ne recueillons et ne traitons que vos adresses électroniques. Veuillez noter qu’en vertu de GDPR, vous aurez le droit de nous demander à tout moment de recevoir une copie de vos données personnelles traitées, de demander la suppression de vos données personnelles. Nos newsletters contiennent un lien pour mettre fin à votre abonnement immédiatement ou le modifier.

Ce contenu a été publié dans FAQ, Obligations, Sicav, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.