Comment investir en obligations gouvernementales ?

DSCN2500 - Version 2Pour beaucoup d’investisseurs, les obligations d’Etat ont perdu de leur attrait. Autrefois considérées comme des placements de bon père de famille, comme des matelas assurant la sécurité des portefeuilles, beaucoup d’entre elles ont déçu leurs détenteurs pour diverses raisons. Avec la crise des dettes souveraines en 2011, bon nombre de détenteurs d’obligations grecques, italiennes, espagnoles ou portugaises ont eu des sueurs froides. Quant aux investisseurs qui ont des obligations de l’Etat allemand en portefeuille (Bunds), ils pleurent sur les rendements qui ont fondu comme neige au soleil. Dès lors, peut-on dire que le glas a sonné pour les obligations gouvernementales ? En réalité, ces obligations ont encore des attraits. Comment les détecter pour intégrer cette classe d’actif en portefeuille ?

La plupart des investisseurs se braquent sur les indices ou sur les obligations qui composent ces indices. Or, certains indices obligataires sont limités dans la mesure où ils sont construits sur base des émissions lancées par les pays. De ce fait, 85% d’un indice peut être composé par des émissions de l’Eurozone, des Etats-Unis et du Japon et 25,5% des émissions peuvent faire état de rendements négatifs. Cependant, en-dehors d’un indice obligataire, il y a encore moyen d’intégrer ce type de placements dans son portefeuille sur base d’une approche active en analysant les opportunités en-dehors de ces indices.

Quels sont les critères auxquels il faut être attentif ? D’abord, il faut voir le rendement. L’investisseur a ainsi le choix entre investir dans des obligations japonaises au rendement négatif ou, par exemple, dans des obligations de Nouvelle-Zélande, d’Afrique du Sud ou du Brésil qui offrent des rendements entre 2,5% et 13%. Il y a donc encore des obligations étatiques qui offrent des rendements intéressants.

Au-delà des taux d’intérêt affichés par ces obligations, il faut aussi regarder l’univers d’investissement au sens large en termes de régions. Les devises locales constituent, à ce titre, un élément qui peut guider le choix d’investir car elles peuvent aussi présenter une opportunité de rendement.

Il ne faut cependant pas perdre de vue que les obligations doivent assurer la stabilité et la sécurité du portefeuille. Dès lors, il convient d’être particulièrement attentif à la qualité des émetteurs gouvernementaux. Dans cette optique, une qualité d’Investment Grade (très bonne qualité) sera privilégiée en évitant de descendre en-dessous d’un rating BB-. C’est ainsi que tous les Etats ne se valent pas en termes de qualité et certains sont particulièrement de mauvais élèves ! Dans un portefeuille obligataire gouvernemental, c’est l’analyse macroéconomique qui prime. Certains pays ne passent pas la rampe à la fois d’un point de vue économique mais aussi en termes de gouvernance. C’est le cas de la Turquie ou encore de la Russie, par exemple, que certains gestionnaires évitent en raison du pouvoir autocratique de Poutine et de la mauvaise gouvernance de ce pays.

Cet article vous a intéressé ? Consultez aussi :

Taux d’intérêt négatifs, quelle logique et quelles conséquences ?

Attention, pourquoi une obligation n’est pas l’autre !

Qu’est-ce que les fonds vautour ?

Ce contenu a été publié dans FAQ, Obligations, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Comment investir en obligations gouvernementales ?

  1. Pascal Bergeron dit :

    Merci pour cet article. J’hésite beaucoup au sujet des obligations justement parce qu’elles sont beaucoup moins attirantes qu’avant.

Les commentaires sont fermés.