Harcèlement au travail : Comment le détecter ? Comment y remédier ?

Source de l'illustration Pexels

Source de l’illustration Pexels

De plus en plus de personnes font l’objet de harcèlement moral sur leur lieu de travail. Phénomène de société, exagération ou réalité ? Ce phénomène existe bel et bien et affecte des victimes qui n’en sortent jamais indemnes et qui en gardent des traces durant plusieurs années. Analyse et pistes de réflexion pour en sortir.

Qu’entend-on par harcèlement ?

On parle de harcèlement lorsque des comportements à l’égard d’une personne portent atteinte à sa vie psychique et/ou physique. Ces comportements sont répétés, dévalorisants, sont souvent insidieux mais peuvent parfois être violents. Marie-France Hirigoyen, psychiatre et auteure de livres sur le harcèlement, en parle comme suit : « Quelle que soit la définition retenue, le harcèlement moral est une violence à petites touches, qui ne se repère pas, mais qui est pourtant très destructrice. Chaque attaque prise séparément n’est pas vraiment grave, c’est l’effet cumulatif des microtraumatismes fréquents et répétés qui constitue l’agression. (…) Plus on monte dans la hiérarchie et dans l’échelle socioculturelle, plus les agressions sont sophistiquées, perverses et difficiles à repérer ». Il y a donc une notion de répétition qui est déterminante dans cet acte.

Peut-on définir un profil-type de la personne harcelée ?

«En général, ce sont des personnes qui sont consciencieuses, travailleuses et qui bénéficient de l’estime de leur entourage professionnel, de leurs collaborateurs. Elles deviennent des victimes du harceleur et, dans certains cas, les réunions de travail avec plusieurs collaborateurs peuvent devenir de véritables arènes dans lesquelles on se demande qui va gagner », explique Paul-Marie Empain, fondateur d’Empain Coaching.

Quel est le profil du harceleur ?

«En général, nous sommes face à des pervers narcissiques. Souvent, ce sont aussi des rebelles qui ne supportent pas l’autorité. Les personnes consciencieuses ou qui font bien leur travail les contrarient. Le harceleur attend et pousse à la faute. Il cherche la faille », note Paul-Marie Empain. Il est difficile de déceler si le harceleur agit par pur sadisme, par jalousie, vengeance ou incompatibilité de caractère.

Comment sortir d’une situation de harcèlement moral ?

Il y a plusieurs pistes pour sortir d’une telle spirale. « La première est certainement, après l’avoir détecté, de garder les preuves. Noter tout ce qui s’est dit. Bien sûr, le harceleur va contester ces écrits mais il ne pourra pas tout contester », prévient Paul-Marie Empain. Le harcelé peut aussi couper toute relation avec le harceleur. C’est sans doute la solution la plus radicale et la plus judicieuse. Cependant, cela suppose parfois des décisions difficiles à prendre comme celle de quitter un emploi qui, en-dehors du harcèlement, convient au harcelé. Le harcelé doit aussi se faire accompagné par un professionnel, le conseiller en prévention, des proches, la famille,… En effet, le harcèlement est lourd à porter. Les proches ne comprennent pas toujours pourquoi le harcelé n’arrête pas de parler, de mentionner des faits liés au harcèlement dont il est l’objet. Un professionnel offrira une écoute, proposera des pistes de réflexion et de sortie. « On réapprend à s’aimer soi-même», reconnaît Paul-Marie Empain.

Dans les cas de harcèlements, une conciliation amiable entre les deux intervenants est impossible. Le harceleur ne reconnaît pas ses torts et ne présentera pas d’excuses. Des formules qu’il emploiera du style « faisons la paix » laissent supposer que le harcelé est aussi la cause de cette situation car le harceleur ne veut pas reconnaître ses torts. Il faut donc, dès que la situation est décelée, couper au plus vite car le harcèlement prolongé peut conduire à des conséquences graves : dépressions, troubles du sommeil, angoisse, infarctus, suicides,… La solution ultime consiste aussi à porter plainte. « Cela ne va pas forcément calmer immédiatement le harceleur. Il va sans doute contrattaquer pour diffamation, faire traîner le procès. Pour la personne harcelée, c’est aussi très dur. Elle doit éviter de se rendre aux audiences et laisser son avocat la représenter. Il y a aussi la question que se pose le harcelé : le juge va-t-il me croire ? Ce que vivent les harcelés est souvent pour les autres, d’une effroyable banalité », ajoute Paul-Marie Empain. Et enfin, en guise de derniers conseils : le harcelé doit aussi pouvoir rester digne en évitant les débordements et surtout… il ne doit pas avoir peur !

Cet article vous a intéressé ? Consultez aussi :

Femmes journalistes harcelées ou intimidées

Pourquoi dire aux femmes qu’elles doivent faire des choix ?

Femmes en entreprise comment prendre sa juste place ?


Pour en savoir plus sur ce sujet et sur le monde financier et économique, abonnez-vous gratuitement à la newsletter hebdomadaire ici
Nous n’avons que des produits de courrier électronique concernant la newsletter, des flashs actu ou l’invitation à des événements que nous organisons. C’est pour recevoir ce type d’informations que les lecteurs s’inscrivent. Nous ne recueillons et ne traitons que vos adresses électroniques. Veuillez noter qu’en vertu de GDPR, vous aurez le droit de nous demander à tout moment de recevoir une copie de vos données personnelles traitées, de demander la suppression de vos données personnelles. Nos newsletters contiennent un lien pour mettre fin à votre abonnement immédiatement ou le modifier.

Ce contenu a été publié dans Actualité, Comment ?, Divers, La finance au féminin, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.