Un projet immobilier en vue ?

IMG_1127Par AG Insurance

La fin du mois de février est traditionnellement marquée par l’ouverture du salon annuel de la construction, de la rénovation et de l’intérieur. Peut-être faites-vous partie de ces personnes qui iront y faire un tour car vous avez un projet immobilier en tête ?

L’achat d’un bien immobilier s’accompagne le plus souvent de la souscription d’une assurance solde restant dû. Celle-ci n’est pas « un mal nécessaire » dont on parle une fois lors de la conclusion du crédit hypothécaire. Son rôle premier est en effet de protéger vos proches des conséquences financières d’un décès inopiné. Avec l’assurance solde restant dû, le solde du crédit contracté est couvert en cas de décès. Vos proches n’auront pas à le rembourser et pourront ainsi maintenir leur niveau de vie.
Généralement, vous pouvez choisir vous-même le pourcentage de couverture de votre assurance solde restant dû. En optant pour une couverture à 100 %, vous êtes certain qu’en cas de décès, l’emprunt sera totalement remboursé. Si vous optez plutôt pour une couverture à 50 %, alors votre conjoint(e) continuera à assumer 50 % du montant du crédit hypothécaire.
Vous pouvez également définir votre type de paiement (prime unique ou prime étalée dans le temps, etc.). En outre, les primes de l’assurance solde restant dû peuvent être fiscalement déduites sous certaines conditions.

L’assurance solde restant dû peut parfois aussi vous protéger contre le risque d’invalidité grâce à une garantie optionnelle. Car il n’y a en effet pas que le décès qui peut avoir de lourdes conséquences financières pour vos proches. Une incapacité de travail pour cause d’invalidité peut aussi menacer la stabilité financière de la famille. En cas d’invalidité, vous recevez alors une rente qui soulagera le porte-monnaie du ménage.

De plus, pour ceux et celles qui n’auraient pas encore de projet immobilier concret, il est possible de préfinancer l’assurance solde restant dû via une assurance épargne. Vous pouvez bénéficier d’un avantage fiscal immédiat sur les primes versées dans le cadre de l’épargne à long terme (avantage fiscal de 30 % + taxe communale). Une imposition finale avantageuse est prélevée*. Vous bénéficiez en plus d’un rendement garanti qui vous permet d’épargner en toute tranquillité. Naturellement, plus tôt vous commencez à épargner, plus important sera le capital constitué pour votre éventuel projet immobilier. Et le jour où vous décidez d’acheter un appartement ou une maison, vous pouvez utiliser, en totalité ou en partie, votre assurance épargne afin de couvrir le prêt hypothécaire en cas de décès. En d’autres termes, vous pouvez convertir votre assurance épargne en assurance solde restant dû. Cela s’avère très avantageux étant donné que vous aurez déjà déduit les primes dans le cadre de l’épargne à long terme.

Et que se passe-t-il si vous n’utilisez jamais cette assurance épargne pour concrétiser un achat immobilier ou si vous n’utilisez qu’une partie de votre assurance épargne pour financer l’assurance décès lié à votre crédit ? Le contrat se poursuit normalement jusqu’à l’échéance (le plus souvent jusqu’à votre 65e anniversaire) et vous disposerez alors d’un capital-pension non négligeable.

A votre 60e anniversaire ou lors du 10e anniversaire de votre contrat qui aurait été souscrit après vos 55 ans, une taxe anticipative de 10 % (imposition unique) est prélevée sur le capital de pension constitué (en tenant compte des autres obligations légales). Grâce à cette taxe anticipative unique, vous ne payez plus d’impôts sur les versements que vous effectuez après vos 60 ans (le 10e anniversaire). En cas de rachat anticipé de votre contrat, le capital sera imposé à 33 % (majoré de la taxe communale) au lieu du tarif avantageux de 10 %.

Lire aussi le corner Assurances

Ce contenu a été publié dans Assurances, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.