Épargne-pension : plutôt en janvier qu’en décembre ?

IMG_0707Par AG Insurance

Actuellement, près de 3 millions de personnes possèdent une épargne-pension, une méthode fiscalement avantageuse pour constituer un capital de pension complémentaire devenu indispensable. Près de la moitié de ces épargnants ont opté pour une assurance, tandis que l’autre moitié a privilégié un fonds de placement.

Jusqu’en 2018 inclus, le montant maximal qui peut être mis en épargne chaque année s’élève à 940 euros. Sur cette somme, l’épargnant en récupère 30 % via les impôts. Le versement du montant maximal offre donc un avantage fiscal non négligeable de 282 euros (+ taxes communales).

En contrepartie de cet avantage fiscal, un impôt final de 8 % est appliqué et prélevé au 60e anniversaire de l’épargnant (ou après une période de 10 ans pour les contrats souscrits à partir de 55 ans).

De nombreux épargnants ont choisi d’effectuer des versements mensuels. Environ un cinquième des personnes qui ont une épargne-pension préfèrent verser l’intégralité du montant en décembre, bien souvent même dans les derniers jours de l’année.

Mais quel est le meilleur moment de l’année pour faire un versement en épargne-pension ?

D’un point de vue fiscal, cela ne fait aucune différence. L’important est de verser la somme que vous désirez épargner avant le 31 décembre de l’année en cours pour pouvoir bénéficier de l’avantage fiscal pour cette année de revenus. L’échéance du 31 décembre est irrévocable. En soi, cet argument devrait suffire pour ne pas attendre les tout derniers instants de l’année. On ne sait jamais ce qui peut arriver.

Pour votre rendement, vous avez en revanche tout intérêt à ne pas attendre la fin de l’année. Au contraire même : un versement en début d’année est plus profitable, surtout si vous avez opté pour une assurance épargne-pension. En privilégiant l’assurance, vous avez en effet la certitude de bénéficier d’un taux d’intérêt garanti. Sans compter que d’éventuelles participations bénéficiaires annuelles peuvent encore doper votre rendement garanti par la suite.
Plus vous épargnez tôt, plus importants seront les intérêts générés par le montant versé.
Ne sous-estimez pas cet effet ‘boule de neige’ des intérêts. En versant systématiquement votre épargne en début d’année, vous engrangerez après dix, vingt, trente voire quarante ans un montant significativement plus élevé. Les intérêts sur les intérêts vous offrent en effet un véritable effet de levier.

Vous disposez déjà du montant intégral de votre épargne en début d’année ? Dans ce cas, pourquoi attendre le mois de décembre ? Si vous n’êtes pas en mesure de le verser d’une traite en janvier, mieux vaut opter pour des versements mensuels, trimestriels ou semestriels. En tout état de cause, attendre la dernière semaine de l’année pour faire le versement est assurément le choix le moins judicieux.

Il existe cependant une exception à cette règle générale. Au cours de l’année de vos 60 ans, il est préférable de verser le montant de l’épargne après la date de votre anniversaire. La taxe de 8 % s’applique en effet le jour de vos 60 ans. Les versements effectués après cette date restent fiscalement déductibles mais ne seront plus jamais imposés. Cette année-là, mieux vaut donc attendre que la taxe de 8 % ait été prélevée.

P.S : si vous cotisez pour votre épargne-pension via un fonds de placement, ce conseil doit nécessairement être tempéré. Il est en effet impossible de prédire l’évolution future des marchés financiers au cours de l’année. Dans ce cas, la meilleure solution consiste probablement à répartir les versements sur l’ensemble de l’année, sur une base mensuelle par exemple.

Lire aussi le corner assurances

Ce contenu a été publié dans Assurances, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.