Pourquoi les mines d’or et les matières premières ont-elles baissé en 5 ans ?

Source : Pexels

Source : Pexels

MoneyStore vient de fêter ses 5 ans. Regardons dans le rétroviseur et analysons les performances des sicav sur cette période. Premier épisode : quelles sont les valeurs qui ont le moins bien performé pendant cette période ? Les mines d’or et plus largement les matières premières ont subi les aléas des marchés. Quelles en sont les causes ?

par-defaut-2016-10-20-a-11-39-16Fin 2010 et début 2011, les Chinois commencent à freiner leur programme d’expansion économique qu’ils avaient entamé quelques années auparavant. On ne parle plus de croissance à « double digit », la Chine doit réorienter son modèle économique vers la consommation intérieure. Ce frein au plan de relance, entraîne dans son sillage le secteur des matières premières et les mines d’or. « Les projets miniers tablaient à cette époque sur la poursuite de la croissance chinoise qui engendrait une demande importante en termes de matières premières. Lorsque la demande s’est effondrée face à une offre importante, les prix des matières premières se sont écroulés entraînant dans leur baisse la chute des valorisations des valeurs minières et extractrices », explique Jérôme van der Bruggen, Head of Investments chez Degroof Petercam.

Les projets d’extraction se sont révélés moins rentables et ont dû être freinés voire arrêtés. Il s’agit d’un phénomène général qui a frappé les matières premières et l’or a été touché à ce titre. Il ne faut pas oublier que l’or est considéré comme un minerai avant d’être un placement ou une valeur refuge.
Un autre élément est venu perturber l’évolution du métal jaune : les politiques accommodantes des banques centrales. En fonction des annonces de hausses de taux, l’or a subi des mouvements de yo-yo. Quand les marchés anticipent une hausse des taux de la FED, l’or se tasse. En revanche, si la FED semble stabiliser sa politique monétaire, l’or repart à la hausse, comme ce fut le cas le 6 juillet dernier. Aujourd’hui, dans l’attente d’une possible remontée des taux américains, le marché de l’or est freiné.

Que peut-on tirer comme enseignement de ces 5 années ? L’or est très volatil, il n’offre par ailleurs aucun rendement sous forme de dividendes ou de coupons. Il est tributaire de l’évolution de la croissance mondiale et de la Chine. Il varie en fonction des attentes en matière de politique monétaire. Ce n’est donc pas un placement de tout repos. Il a le même niveau de volatilité que les actions sans être forcément corrélé aux marchés boursiers. « Nous avons réintégré l’or dans nos portefeuilles privés cette année en raison des taux d’intérêts faibles », reconnaît Jérôme van der Bruggen. L’or peut entrer dans les portefeuilles à titre de diversification mais il n’y brille pas toujours de 1000 feux !

Durant ces 5 ans, les mines d’or et le métal jaune ont beaucoup fait parler d’eux. Voici quelques articles sur le sujet publiés au cours des années passées :

En juillet 2016 : Mais pourquoi le cours de l’or remonte-t-il ?

En août 2015 : L’or est-il encore une valeur refuge ?

En février 2014 : Mines d’or et Biotechs sous la loupe

En septembre 2013 : Les mines d’or n’en finissent pas de plonger

En juillet 2012 : Les mines d’or s’enfoncent

Source des données chiffrées : Morningstar

Ce contenu a été publié dans Actualité, Hit-Parade des fonds, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.