Hit-Parade des fonds : L’or reprend de l’éclat, à prendre ou à laisser ?

par défaut 2016-03-09 à 08.58.48par défaut 2016-03-09 à 09.01.20Depuis le début de l’année les actions des mines d’or affichent une belle remontée des cours. Comment explique-t-on ce revirement dans un secteur qui a longtemps été sinistré? « La principale explication est à chercher dans la remontée du cours de l’or. Entre le début de l’année et début mars, le métal jaune s’est apprécié de 19%. Les investissements ont diminué, les rationalisations ont été entamées. Les coûts d’exploitation ont pu ainsi être maîtrisés et abaissés et permettre aux mines d’or de profiter de la hausse du cours de métal », explique Bernard Keppenne, Chief Economist chez CBC Banque.

Comment peut-on expliquer cette remontée du cours de l’or ? Le métal précieux a sans doute profité de la hausse du prix de l’ensemble des matières premières. Le prix du baril de pétrole s’est apprécié en ce début d’année en passant de 28 à 40 dollars. On constate par ailleurs, que beaucoup de matières premières sont reparties à la hausse du minerai de fer au pétrole en passant par le sucre. La question est de savoir si ce mouvement est épidermique ou s’il va se confirmer et se poursuivre dans le temps. « Il faut souligner que beaucoup de hedge funds ont joué les matières premières à la baisse. Lorsqu’ils ont eu le sentiment que les prix avaient atteint un plancher, ils ont fermé leurs positions », constate Bernard Keppenne. Cette hausse du prix des matières premières pourrait donc n’être que temporaire si les fondamentaux économiques ne suivent pas. Les chiffres des exportations chinoises ne sont pas particulièrement réjouissants, ce qui peut entraîner à nouveau les matières premières à la baisse. « Les qualités de l’or en termes de valeur-refuge ont refait surface avec la récente volatilité sur les bourses. Si les marchés boursiers continuent à se comporter de la sorte, nous pourrions assister à une décorrélation de l’or par rapport aux autres matières premières », reconnaît Bernard Keppenne.

En ce qui concerne les mines d’or, on constate que le marché s’est assaini et que l’offre est beaucoup plus limitée que par le passé. Ce phénomène se propagera sans doute à tout le secteur des matières premières et, il y a tout lieu de penser qu’à un moment donné, l’offre ne pourra plus fournir la demande. A noter qu’un investissement dans les mines d’or présente aussi un risque lié au marché boursier. Vaut-il mieux investir dans l’or physique ? « Nous avons toujours eu un problème avec la détention d’or physique. Il y a les problèmes liés à la sécurité de sa détention, il n’offre pas de rendement et son cours est volatil. En cas de succession, il constitue un problème dans la mesure où l’on ne peut pas le diviser », prévient Bernard Keppenne.

Et pour l’avenir, quels sont les éléments qui favoriseraient une remontée du prix des matières premières ? Le principal moteur de cette remontée sera la reprise de la croissance au niveau mondial et une stabilisation de cette croissance en Chine. « Il faut aussi que l’industrie manufacturière reparte. Aujourd’hui, on est juste à un point de stabilisation. L’environnement reste encore fragile », estime Bernard Keppenne. Dans ce contexte, le cours de l’or restera sans doute encore très volatil, ce qui l’empêche de pouvoir être qualifié de valeur-refuge.

Source des données chiffrées: Morningstar

Cet article vous a intéressé ?

Consultez aussi :

Qu’est-ce qu’une valeur refuge ?

L’or il est temps de se réveiller ? (décembre 2015)

Quels sont les maux des biotechs ?

Ce contenu a été publié dans Actualité, Hit-Parade des fonds, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.