Qu’est-ce que les « boiler rooms » et les « recovery rooms » ?

Source de l'image: Pexels

Source de l’image: Pexels

Une fois de plus, la FSMA (l’Autorité des services et marchés financiers) met le public en garde contre les activités des «boiler rooms » et des « recovery rooms » qui pratiquent une activité illicite sur le marché belge.

De quoi parle-t-on ?

Voici comment la FSMA définit la fraude « boiler room » : La fraude de type « boiler room » consiste à contacter des consommateurs, souvent par téléphone, pour leur proposer d’acheter des actions peu connues ou des produits financiers exotiques. Même si les « boiler rooms » se présentent comme des prestataires de services agréés disposant d’un site web et de formulaires professionnels, il s’agit cependant d’escrocs et les actions ou produits proposés sont fictifs ou sans valeur. En général, le consommateur est attiré au moyen d’un premier investissement, d’un montant limité, qui s’avère très vite rentable. Par la suite, il est demandé au consommateur d’investir chaque fois davantage. Contrairement au premier investissement limité, les nouveaux investissements sont déficitaires. Lorsque le consommateur souhaite récupérer son argent, cela s’avère impossible sans versements complémentaires. Dans le cadre de pareilles opérations, les fraudeurs n’hésitent pas à soumettre le consommateur à une très forte pression (d’où l’appellation anglaise de « boiler room »).

D’après les dernières informations en sa possession, la FSMA a constaté que ces « boiler rooms » semblent particulièrement viser les gérants et administrateurs de sociétés.

Les fraudes de type « recovery rooms » sont définies par la FSMA comme étant une pratique qui consiste à contacter des victimes de fraudes antérieures, souvent par téléphone, pour leur proposer de l’assistance dans le recouvrement des pertes subies. Malgré les promesses faites par les auteurs de ces offres, les frais sollicités ne permettent toutefois pas aux victimes de récupérer les pertes subies, et les montants versés dans ce cadre le sont donc à fonds perdus. La FSMA a déjà publié en mars 2015 une mise en garde contre ce type de fraude.

La plus grande prudence s’impose donc et la FSMA déconseille donc de donner suite aux offres de services financiers ou aux offres d’aide au recouvrement émanant de ce type de sociétés et d’effectuer tout versement sur un compte communiqué par celles-ci. La liste de ces sociétés se trouve sur le site de la FSMA (ici )

Consultez aussi :

Attention aux boiler rooms !

Ce contenu a été publié dans FAQ, Placements, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.