Comment protéger le portefeuille obligataire en cas de hausse des taux d’intérêts?

IMG_0361Le marché obligataire a cette particularité que, quand les taux d’intérêts montent, la valeur des obligations existantes qui affichent des rendements moindres diminue. Par exemple : Si j’ai en portefeuille une obligation qui rapporte du 1%, lorsque les taux vont monter à 1,5%, mon obligation n’intéressera plus grand monde et sa valeur sur le marché secondaire va diminuer.

En ce moment, les taux d’intérêts sont historiquement faibles mais ils viennent de connaître une hausse. On est dans une situation assez paradoxale de taux d’intérêts faibles mais qui ont augmenté. Dès lors, la valeur des obligations en portefeuille diminue.

Analysons la façon dont on peut gérer ou atténuer cette hausse de taux d’intérêts dans les portefeuilles.

  • En général, dans le prospectus des fonds patrimoniaux ou diversifiés qui sont investis en actions et en obligations avec des pondérations, il est prévu que le gestionnaire puisse légèrement s’écarter de la référence. Par exemple, pour un fonds neutre 50/50, il pourra investir entre 40 et 60% dans chacune des classes d’actifs. Il va donc diminuer son exposition aux obligations et augmenter son exposition aux actions dans les limites de variation autorisées. Il ne faut cependant jamais changer son profil de risque en fonction des évolutions des marchés financiers.
  • Le gestionnaire peut aussi augmenter le rendement et atténuer le risque par la diversification des types d’obligations mises en portefeuille. Par cette diversification, il va pouvoir atténuer l’effet de la hausse des taux d’intérêt. S’il a anticipé la remontée des taux, il aura déjà prudemment investi dans des obligations qui affichent un rendement plus élevé au départ : des obligations high yield, des obligations émergentes, … Ces obligations sont moins sensibles à la hausse des taux car, au départ, elles rapportent plus que les obligations gouvernementales.
  • On peut aussi atténuer le risque de la hausse des taux d’intérêts en réduisant la duration du portefeuille. Pour rappel, la duration d’une obligation mesure la durée de vie moyenne de ses flux financiers pondérée par leur valeur actualisée. Toutes choses étant égales par ailleurs, plus la duration est élevée, plus le risque est grand. Une obligation qui a une duration courte sera moins sensible à la hausse des taux d’intérêts. Le gestionnaire aura donc mis en portefeuille des obligations avec des durations courtes.
  • L’utilisation de moyens de couverture peut aussi être envisagée : c’est la stratégie optionnelle qui utilise des options pour se protéger. On peut jouer les obligations à la baisse, c’est à dire « shorter » et ainsi tirer un bénéfice lorsque les taux d’intérêt remontent. Cette couverture a cependant un prix.
  • Certains fonds très flexibles ont une politique qui leur permet d’être à 0 ou 100% dans une classe d’actifs. Ces fonds ne suivent pas un indice mais sont gérés de façon à pouvoir s’adapter à toutes les situations de marché. En cas de grande incertitude, ils peuvent ainsi être investis à concurrence de 100% en liquidités.
  • Un fonds obligataire mondial peut aussi miser sur l’effet devises pour compenser les hausses de taux d’intérêts et arbitrer certaines zones géographiques.

En conclusion, pour se protéger d’une remontée des taux d’intérêts, il faut diversifier son portefeuille dans des obligations à plus haut rendement et dans des obligations avec une duration courte. La diversification par zones géographiques ou en devises est aussi une alternative tout comme l’utilisation de produits dérivés. Cependant, rappelons que le risque zéro n’existe pas même en obligations et que nous ne sommes pas à l’abri d’un krach obligataire. Dans ce cas, la seule option pour se protéger est de vider sa classe obligataire à temps pour se positionner en liquidités.

Pour mieux comprendre ce qui se passe aujourd’hui sur les marchés obligataires, voici une vidéo de BFM dans laquelle l’économiste Philippe Dessertine explique la situation dans laquelle nous nous trouvons.

http://bfmbusiness.bfmtv.com/mediaplayer/video/comment-expliquer-les-turbulences-sur-les-marches-obligataires-philippe-dessertine-0506-547423.html

Lire aussi :

Investir en obligations et importance du niveau des taux

Investir en obligations et importance du niveau des taux

Les investisseurs obligataires sont perdus

Quelles perspectives pour les marchés obligataires en 2015 ?

 

Ce contenu a été publié dans FAQ, Gestion, Obligations, Vidéo, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.