Secteur financier: mais où sont les femmes?

IMG_0368Lors des événements organisés dans le secteur financier, réunions, conférences, cocktails, il est frappant de constater que les costumes cravates prédominent encore largement les assemblées. Nous sommes en 2015 et les femmes constituent toujours une minorité dans un secteur qui est traditionnellement très masculin. Pourquoi y-a-t’il si peu de femmes dans les métiers de la finance ? Le bureau de consultance Oliver Wyman a sorti une étude sur le sujet.

Le thème est souvent débattu. Les causes de la crise financière liées au genre ont été largement commentées. Certains suggèrent que la prise de risque et la méconnaissance des besoins des clients qui ont prévalu avant 2008 ont comme principale origine la prédominance masculine dans le secteur. Plus personne n’ignore le propos « et si Lehman Brothers s’étaient appelés Lehman Sisters, nous n’en serions pas là ! ». Mais au-delà des discours, des anecdotes et des stéréotypes, qu’en est-il ? Les représentants d’Oliver Wyman ont commencé par balayer devant leur porte en reconnaissant qu’eux aussi avaient perdu la « guerre des talents » puisque la majorité de leurs partenaires sont des hommes. Ils ont orienté leur étude sur deux points : qu’est-ce qui empêche les femmes d’atteindre des postes à responsabilité dans le domaine financier ? Comment le secteur peut-il améliorer cette situation ? 150 firmes, 1000 personnes et 60 femmes (et quelques hommes) aux postes de direction ont ainsi été passés au crible.

La représentation des femmes dans les comités de direction a augmenté de deux tiers au cours des dix dernières années mais elles restent encore sous-représentées. A titre d’exemple, il suffit de voir la récente photo du nouvel organe de direction de la Banque Degroof-Petercam : deux femmes pour quatorze hommes ! On retrouve surtout les femmes dans des fonctions de ressources humaines, de marketing et d’audit. Inutile de dire que les femmes qui sont CEO d’une institution financière ne représente que 4% de l’échantillon analysé. Pourtant, beaucoup d’entreprises financières ont davantage de femmes que d’hommes dans les postes « junior ». « Notre analyse concernant les chiffres américains montre que les femmes ont plus de difficultés à atteindre des positions dans le management moyen et de direction dans le secteur financier par rapport à d’autres secteurs. C’est donc plus difficile pour une femme que pour un homme de progresser dans les services financiers », constate cette étude. Il est vrai que le taux de testostérone dans les banques, et plus spécifiquement dans les salles de marché, a été largement évoqué. Ces consultants relèvent que cet aspect macho d’un secteur régi par des mâles dominants a été renforcé par Hollywood avec des films comme « Wall Street » ou « Le loup de Wall Street».

Augmenter la diversité permet d’améliorer la prise de décision, la performance, la durabilité, la qualité des services et des profits. C’est toute la culture de l’entreprise qui doit être revue. L’instauration de réunions tard le soir, la culture des longues heures passées au bureau comme signe de performance, le manque de flexibilité sont autant d’ennemis pour une organisation qui veut promouvoir davantage de diversité des genres. La technologie pourra certainement améliorer l’accession des femmes au sein des postes de direction. De même qu’il faudrait adopter des bonnes pratiques pour la gestion des obligations familiales et ce, pour tous les membres du personnel, en ce compris les hommes ! Mais c’est surtout et avant tout une question de mentalité. « La culture dominante du mâle qui a prévalu dans le passé récent ne tiendra plus longtemps. Nous sommes optimistes pour le futur. Les services financiers doivent être les leaders et non pas à la traîne en matière de diversité des genres. Le rythme actuel de changement n’est cependant pas assez rapide », conclut cette étude ponctuée d’une série d’interviews de femmes actives dans le secteur de la finance.

Pour consulter l’étude cliquer ici

Cet article vous a intéressé, consultez aussi :

Clara Gaymard : Pourquoi dire aux femmes qu’elles doivent faire des choix ?

Encore trop peu de femmes dans le monde de la gestion

Femmes, prenez votre place!

Ce contenu a été publié dans Femmes, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.