Clara Gaymard : Pourquoi dire aux femmes qu’elles doivent faire des choix ?

IMG_1663A 55 ans, Clara Gaymard, PDG de General Electric (GE) France est une des rares femmes à avoir brisé le plafond de verre dans une grande entreprise établie en France. En effet, dans la majorité de ces entreprises, il n’y pas de femmes aussi haut placée. « Ce plafond de verre existe encore bel et bien. Or, on constate, que lorsque des PME sont dirigées par des femmes, elles performent mieux. Il en va de même des fonds d’investissement qui sont gérés par des femmes », constate Clara Gaymard.

Les femmes ont pourtant fait leurs preuves : elles peuvent être des collaboratrices hors pair qui déploient talents et expertise. Dans le giron européen de GE, on trouve d’ailleurs des femmes à la tête de plusieurs entités stratégiques ou d’usines et 80% des effectifs de la division aviation sont dirigés par des femmes.

Mais Clara Gaymard n’est pas seulement une femme d’entreprise, elle est aussi mère de 9 enfants. Elle est agacée lorsqu’on lui pose la question de savoir comment elle arrive à gérer à la fois un foyer de 9 enfants et une filiale d’un des plus grands groupes internationaux. «C’est le genre de question qui m’agace. D’abord, parce qu’on ne la poserait jamais à un homme. Ensuite, parce qu’il n’y a pas de vie facile. J’ai fait un choix, je préfère avoir une carrière plutôt que de faire du repassage », avoue Clara Gaymard. Pour cette femme diplômée de l’ENA, la seule véritable contrainte est le temps. Elle a donc décidé de faire des choix. Elle ne regarde pas la télévision, ne va pas au cinéma et ne sort pas dîner en ville préférant manger des pâtes dans sa cuisine avec ses enfants plutôt que de sortir.

« Dire aux femmes et pas aux hommes qu’elles doivent faire des choix n’a pas de raison d’être. Il faut rassurer les femmes. Leur dire qu’il y a un temps pour tout, que la vie est longue et est faite de saisons. Les carrières des femmes sont souvent plus longues. On peut avoir des responsabilités plus tard que les hommes », estime Clara Gaymard. Cette cheffe d’entreprise a d’ailleurs recruté des femmes de 40-45 ans qui avaient arrêté de travailler pour des raisons familiales. Elle reconnaît que, s’il faut souvent les remettre à la page, ces femmes déploient des qualités particulières : l’empathie, l’écoute, le sens de l’organisation et de l’anticipation, une vision stratégique. « Ce sont toutes des qualités de grand leader », reconnaît Clara Gaymard.

Clara Gaymard avance dans la vie avec résolution et optimisme. Elle dirige aussi le Women’s Forum for the Economy and Society qui va se tenir à Deauville ces prochains jours. Elle a également rédigé plusieurs ouvrages : « La vie est un bonheur » 1997 – Critérion, « Histoires de femmes et autres simples bonheurs » 1999 – J. C. Lattès, « S’il suffisait d’aimer » 2003 – Fayard. Elle a aussi présidé l’ouvrage collectif « Et la confiance, bordel ? » 2014 – Eyrolles. Et pour ceux qui se poseraient une question que l’on ne pose pas à un homme: « mais que fait son conjoint? », voici la réponse. Clara Gaymard a épousé Hervé Gaymard, homme politique français, ancien ministre et actuellement député d’une circonscription en… Savoie.

La devise de cette dirigeante, « Essayer », s’accompagne de la phrase de René Char : « Il faut trembler pour grandir ». L’échec peut être un apprentissage, et il vaut mieux essayer quitte à échouer, selon cette femme qui ne s’embarrasse pas des convenances mais qui sait où elle va et le montre avec fermeté.

Cet article vous a intéressé ? Consultez aussi :

Encore trop peu de femmes dans le monde de la gestion

Pourquoi les femmes investissent-elles de façon plus éthique que les hommes ?

Quelle place pour les femmes dans les FinTechs ?

Ce contenu a été publié dans Entrepreneur à la une, Femmes, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.