Qu’est-ce qu’une plateforme de peer-to-peer lending ?

Photo007#1Le principal métier des banques consiste à collecter l’épargne afin d’octroyer des crédits aux Etats, aux entreprises ou aux particuliers. Les banques se rémunèrent sur le différentiel de taux d’intérêts entre les dépôts et les crédits. Elles jouent donc un rôle important dans l’économie puisqu’elles canalisent l’épargne pour la réinjecter dans le système économique sous formes de crédits. Cependant, on constate que, dans le monde anglo-saxon, ce métier est de plus en plus réalisé en dehors du circuit bancaire traditionnel par des plateformes en ligne de peer-to-peer lending.

  1. Qu’est-ce que le peer-to-peer lending ? Le peer-to-peer lending (appelé aussi prêts de pair à pair) est une industrie émergente qui facilite les sources de crédits en-dehors du circuit bancaire traditionnel en connectant les consommateurs et les petites entreprises directement avec les investisseurs potentiels. Aux Etats-Unis, il existe une multitude de plateformes de ce type qui accordent des prêts aux particuliers, aux entreprises, aux étudiants pour financer leurs études, des prêts hypothécaires. La plateforme la plus connue aux Etats-Unis est Lending Club lancée par le Français Renaud Laplanche. La société Funding Circle est spécialiste des prêts octroyés aux entreprises. A Londres, la société Zopa, créée en 2005, est un des pionniers de cette forme de prêts. Elle met en contact des investisseurs avec des personnes à la recherche d’un prêt à la consommation (voitures, aménagements, …).
  2. Comment ça fonctionne ? Les demandes de crédit arrivent à la société de peer-to-peer lending et font l’objet d’une analyse très minutieuse. Après acceptation, les prêts sont financés grâce à des sommes prêtées par des particuliers qui ont ouvert un compte sur la plateforme. Chez Zopa, par exemple, les prêteurs ne prêtent pas à une seule personne mais les sommes déposées sont réparties entre plusieurs emprunteurs, pour des petits montants, avec des échéances différentes et avec une visibilité du portefeuille par poste. L’investisseur sur la plateforme ne dispose pas du nom des personnes à qui il prête (le nom est codé) mais, pour chaque emprunteur, il dispose de renseignements sur sa profession, le montant emprunté, la durée, la façon dont il rembourse. Parfois, une banque assure le back up, le back office de ces plateformes.
  3. Qu’est-ce qui poussent les prêteurs à venir sur ces plateformes pour placer leurs économies ? Ce sont d’abord les rendements qui sont attrayants. Les taux sont adaptés sur les taux d’intérêts pratiqués sur les crédits comme sur les crédits à la consommation, par exemple. Ensuite, comme le portefeuille est réparti sur plusieurs emprunteurs, le prêteur reçoit régulièrement des petites sommes en remboursement de son prêt. Ces sommes lui sont soit remboursées soit reprêtées. En Grande-Bretagne, ces prêts sont également admissibles pour une déduction fiscale dans le cadre des plans de pension. Ces plateformes fonctionnent de façon plus efficiente que les banques. Les emprunteurs y viennent aussi plus facilement car la demande est accordée plus rapidement et de façon plus efficace que dans une agence bancaire classique. Quand on investit dans ce genre de placements, il convient de voir si les prêts sont bien diversifiés et d’être conscient du risque qui est pris.
  4. Quel est le risque de non remboursement ? Cela dépend de la plateforme mais, en général, l’analyse crédits est très stricte et s’affine avec le temps. Par exemple, Zopa ne compte que 0,5% de taux de défaut. « C’est un taux nettement plus faible que celui des banques. Nous avons un des meilleurs systèmes de credit scoring au monde. Nous avons aussi créé un fonds de réserve en cas de problème de remboursement», explique Mat Gazeley de chez Zopa.
  5. Pour qui ? Et en Belgique? En Belgique, il n’existe pas d’offres similaires. En cause: la législation sur l’octroi de crédits est plus exigeante. Dans certains pays, une licence bancaire ou du moins l’intervention d’une banque est exigée dans le circuit de l’octroi de crédits.

Cet article vous a intéressé ? Consultez aussi :

Comment les FinTechs vont investir tous les métiers de la banque

Demain votre banque s’appellera-t-elle Facebook ou Amazon ?

Ce contenu a été publié dans Divers, FAQ, Placements, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.