Hit-parade des fonds : Soumis à de fortes pressions, le marché russe a-t-il encore du potentiel ?

par défaut 2015-07-14 à 14.01.14par défaut 2015-07-14 à 14.03.41Le marché boursier russe a enregistré un redressement au cours du mois de juin mais une hirondelle ne fait pas le printemps : ce marché reste encore soumis à des pressions internes et externes qui incitent à la plus grande prudence. Trois éléments peuvent être épinglés : le prix du pétrole qui a chuté à 40 dollars le baril, les hostilités en Ukraine et la dégradation de la note de la Russie par Standard & Poors à « junk » ce qui signifie « pourrie ». Ces éléments ont entrainé ce marché vers le bas.

Seul élément positif : la faiblesse du rouble qui a rendu les valeurs russes plus attrayantes. Ce point est plus particulièrement relevant pour les sociétés exportatrices comme, par exemple, les sociétés pétrolières, le gaz ou les secteurs des métaux. La signature d’un nouveau plan de paix dans l’Est de l’Ukraine en février a engendré un apaisement et a encouragé les investisseurs à revenir sur ce marché. « Cependant, l’économie russe continue à souffrir du fait des risques géopolitiques en Ukraine, en raison des sanctions de l’Ouest et à cause du faible prix de l’énergie comme le pétrole et le gaz », note Philippe Scrève Senior Fund Manager Emerging Markets chez Candriam. Le régime des sanctions européennes et américaines vient d’être étendu. Ce régime pénalise les réserves de devises du pays en partie parce que les entreprises accumulent des dollars pour rembourser leurs dettes en devises et qu’elles ne rapatrient pas leurs bénéfices réalisés à l’étranger.

Le marché boursier a subi une impressionnante révision à la baisse en termes de rendements surtout pour les secteurs de l’énergie, des métaux ou encore la consommation domestique comme les télécoms ou la finance. Les choses ont commencé à se stabiliser récemment et l’on s’attend à ce que la croissance s’améliore à partir de l’année prochaine avec, comme conséquence, une reprise des bénéfices des entreprises. Pourtant, la confiance domestique reste faible avec des ventes au détail dont les niveaux restent bas. La croissance des salaires et des prix de l’immobilier reste sous pression. Les difficultés de se financer sont réelles : le taux des prêts hypothécaires est de l’ordre de 12% (venant de 18%) alors que le salaire moyen oscille, selon les villes, entre 500 et 1 000 euros par mois. Une visite dans ce pays nous dévoile à quel point la Russie a encore du chemin à parcourir à la fois d’un point de vue économique mais aussi dans les mentalités. Les signes de développement sont visibles à travers la construction de nouveaux logements, l’aboutissement de grands chantiers d’infrastructure (barrages, routes, …). Mais ces signes côtoient encore des vestiges d’un ancien régime parfois regretté par la population plus âgée nostalgique d’un état « providence ».

Dans cet environnement difficile, la Russie se positionne comme un pivot vers l’Est. Avec un développement bloqué à l’Ouest, elle négocie avec la Chine pour la fourniture de gaz ou des infrastructures de transports. « La Chine est désireuse d’investir et de financer des projets d’infrastructure, tels que la liaison ferroviaire à grande vitesse entre Moscou et Kazan, ainsi que des projets de fabrication à plus petite échelle, telles que les marques chinoises qui commencent à fabriquer des voitures en Russie » ajoute Philippe Scrève. Cet immense territoire au développement asymétrique selon les régions doit faire face à de nombreux défis. Parmi la jeune génération, nombreux sont ceux qui pensent que, dans ces circonstances et vu la taille du pays, la Russie a besoin d’un pouvoir central fort. Les séquelles de l’ancien régime sont encore visibles et tenaces à la fois dans l’économie mais aussi dans les esprits. Dans ce contexte, la Russie doit absolument mettre en place les conditions nécessaires pour encourager l’esprit d’entreprendre.

Source des données chiffrées: Morningstar

Cet article vous a intéressé, consultez aussi :

America si back ! Dans votre portefeuille aussi !

Taux d’intérêts négatifs, quelle logique et quelles conséquences ?

Emergents et performances nuancées

Ce contenu a été publié dans Actualité, Hit-Parade des fonds, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

3 réponses à Hit-parade des fonds : Soumis à de fortes pressions, le marché russe a-t-il encore du potentiel ?

  1. Michel dit :

    Fêter son anniversaire à St Petersbourg avec chants russes et vodka, cela donne de l’inspiration. Bravo pour l’article.

  2. Thierry dit :

    Bravo pour ton article

Les commentaires sont fermés.