Flash actu: Quel est le rêve monétaire de Janet Yellen ?

IMG_0419Finalement la Réserve fédérale a décidé de passer son tour pour enclencher une hausse des taux d’intérêt. Depuis la fin du mois d’août, les probabilités d’une telle hausse étaient assez minces et peu d’économistes s’étaient avancés sur le terrain d’une telle majoration.

Mais finalement qu’est-ce qui préoccupe Janet Yellen, la présidente de la Fed ? « Ce sont surtout les turbulences internationales, et plus spécifiquement l’évolution du marché chinois, qui ont préoccupé la Fed. La situation aux Etats-Unis évolue plutôt favorablement même si la croissance est modérée. Mais la Fed veut pouvoir bénéficier de plus de temps pour voir comment va évoluer la situation en Chine et dans les pays émergents. Elle veut surtout avoir ses assurances concernant l’impact de cette évolution sur l’économie américaine avant d’envisager un relèvement de ses taux directeurs », explique David Ghezal, Investment Strategist chez Deutsche Bank (Belgique).

L’inflation américaine est à des niveaux très faibles, loin de l’objectif de 2% espéré. Le prix des matières premières au plancher et la vigueur du dollar ont incité la Fed à une certaine prudence. En ce qui concerne l’emploi, les nouvelles sont plutôt bonnes. L’économie n’est plus loin du plein emploi avec des créations de 200.000 nouveaux emplois par mois. Mais tout cela ne suffit pas à Madame Yellen qui veut aussi être rassurée sur le déroulement des événements en Chine et sur leur impact sur l’économie de son pays.

Quel est le rêve de Janet Yellen ? « Elle veut vraiment relever ses taux d’intérêts mais elle ne le fera que si elle obtient toutes ses assurances et si toutes les conditions sont réunies en matière d’emploi et d’inflation. Elle veut le faire mais ne le peut pas pour le moment », constate David Ghezal.

Si la réaction de la Fed n’est pas une surprise, pourquoi les marchés ont-ils baissé aux Etats-Unis et en Europe ? Les termes du communiqué étaient sans doute plus accommodants que prévus et le risque chinois pèse encore sur les marchés. C’est aussi un révélateur : la croissance démontre certaines faiblesses latentes qui incitent les marchés boursiers à la prudence alors que les marchés obligataires enregistrent un mini-rally.

Quels sont les prochains rendez-vous ? « Il reste encore deux possibilités de relèvement des taux d’intérêts avant la fin de l’année : fin octobre et mi-décembre. Il faut que toutes les conditions requises soient réunies et nous ne pensons pas que cela interviendra en octobre. On s’attend à une hausse graduelle des taux à un niveau final bien inférieur à ceux que nous avons connus dans le passé », estime David Ghezal. Pour assister à une majoration des taux de la Fed il faudra donc que plusieurs conditions soient remplies : un marché de l’emploi en croissance, des marchés boursiers mondiaux plus stables, une hausse de l’inflation. Cette hausse des taux d’intérêts interviendra donc pour de bonnes raisons et enverra un signal positif et de confiance sur l’évolution de la conjoncture américaine. On comprend que ce soit le rêve de Madame Janet Yellen !

Cet article vous a intéressé :

Consultez aussi :

Comment protéger son portefeuille en cas de hausse des taux d’intérêts ?

Taux d’intérêts négatifs, quelle logique et quelles conséquences ?

Qu’est-ce que l’illusion monétaire ?

Ce contenu a été publié dans Actualité, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.