Cherchez l’imposture

IMG_0939Par Pierre Pestieau, Professeur ULg, CORE

The bing bang blog 

La première livraison de l’Obs (nouvelle formule du Nouvel Observateur parue le 23 octobre) proposait un dossier intitulé « Les économistes sont-ils des imposteurs » ? Ce titre ressemble à celui du brûlot publié il y a quelques années par Laurent Mauduit qui s’en prenait surtout à ces économistes médiatiques qui donnent des avis d’experts au nom d’un appartenance douteuse à un centre de recherche alors qu’ils sont généreusement rémunérés par l’une ou l’autre banque d’affaires.

Le dossier de l’Obs est tout autre. Son objet est expliqué par les premières lignes : « [Les économistes] influencent les politiques et ont très souvent remplacé philosophes, sociologues et historiens pour expliquer le monde ». Et le dossier de commencer par un débat assez consensuel entre Daniel Cohen et Marcel Gauchet. D’autres journaux et magazines ont repris ce thème d’une société qui serait dominée par les économistes.

Comment expliquer ces réactions qui font trop d’honneur à notre science lugubre (la dismal science comme l’appellent les anglophones ) ?

Il y a d’abord l’attribution méritée du prix Nobel à Jean Tirole et simultanément la parution d’un article du  Fonds Monétaire International qui inclut sept Français dans sa liste des vingt-cinq meilleurs économistes de moins de 45 ans. Cela fait suite au succès du Capital au 21ème siècle de Thomas Piketty. Il y a aussi le fait qu’il n’existerait plus de grands intellectuels du niveau de Sartre et Aron ou plus récemment Barthes et Foucault.

Ceci dit, il est assez ironique de contraster ces succès des économistes universitaires avec le déclin imaginaire mais aussi réel qui frappe la France d’aujourd’hui. Les médecins seraient-ils brillants mais la société malade ?

Il faut admettre qu’il existe un fossé entre les politiques actuelles et les conseils que prodiguent ces économistes renommés. La proposition de Jean Tirole de réformer le marché du travail et celle de Thomas Piketty de refondre et de simplifier le système fiscal n’ont pas eu le moindre écho, ni à droite ni à gauche. L’une et l’autre impliquent des changements qui font peur aux hommes politiques.

Ce qui frappe un observateur extérieur, c’est que la gestion de la France n’est pas du tout marquée par les impératifs économiques mais bien par le souci de sauver un indéfinissable modèle français et une croyance que la politique peut transcender les contraintes économiques. Citons à ce propos Jean Peyrelevade : « Notre vision de l’économie est fondamentalement celle d’une économie de guerre, au service du souverain et à l’appui de ses rêves de puissance » (2).

Enfin, on remarquera que, dans les débats sur la prétendue omniprésence de l’économie, ce sont souvent des non économistes qui interviennent. Témoin Marcel Gauchet  dans l’Obs, qui est connu pour la formule « En France, l’économie n’est qu’une annexe de la politique , une machinerie méprisée, remisée avec l’intendance et les sans grade ». (3)

(1) Laurent Mauduit (2012), Les imposteurs de l’économie : Comment ils s’enrichissent et nous trompent, Paris : J.-C. Gawsewitch.

(2) Jean Peyrelevade (2014), Histoire d’une névrose, la France et son économie, Paris : Albin Michel.

(3) Cité par Vincent Giret, Le mépris français pour l’économie, Le Monde 24-10-2014.

Ce contenu a été publié dans Le Club des Sages, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.