Hit-parade des fonds : Mines d’or et biotechs sous la loupe

par défaut 2014-02-10 à 13.09.25par défaut 2014-02-10 à 13.08.01En ce début d’année, le hit-parade des fonds de MoneyStore, qui reprend les dix meilleures et dix moins bonnes performances des fonds commercialisés en Belgique, affiche toujours la déprime des mines d’or. Cependant, certains gestionnaires posent la question de savoir si, à de tels niveaux, il ne devient pas intéressant de rentrer dans ce type d’investissements.

Après des mois en chute libre, les actions des mines d’or se traitent à leur niveau le plus bas depuis 2008. « Nous croyons que les mines d’or ont atteint le point où le potentiel de hausse est plus important que les risques de baisse, ce qui constitue un bon point d’entrée pour les investisseurs qui ont un horizon de temps à moyen terme », estime Simona Gambarini, Associate Director Research chez ETF securities. Cette spécialiste note par ailleurs que les mines d’or se traitent actuellement avec une décote de 4% par rapport à leur valeur comptable. De plus, le prix de l’once d’or s’est stabilisé autour des 1.250 dollars et l’environnement boursier est plutôt favorable en ce début 2014. Dans ce scénario, les mines d’or pourraient surperformer le cours du métal jaune. Quels sont les points-clefs de ce secteur ? « Les coûts ont diminué de 15% au troisième trimestre de 2013 par rapport au trimestre précédent. Plusieurs mines ont dû, par ailleurs, appliquer des décotes sur leurs actifs. Avec un cours de l’once d’or qui se situe autour des 1.250 dollars, la plupart des sociétés aurifères devront dévaluer leurs avoirs et probablement fermer certaines mines », note Simona Gambarini. Il reste à espérer que la corrélation entre les mines d’or et le métal jaune va se réduire et ainsi permettre aux mines d’or de surperformer le cours de l’or.

Du côté des meilleures performances de ce début d’année, notons le bon positionnement des valeurs biotech. Les deux éléments fondamentaux dans ce secteur, le prix et l’innovation, continueront à supporter ces valeurs en 2014. « Il y a une forte activité en matière d’introductions en bourse qui est un signe fort mais nous les analysons en profondeur et la plupart de ces introductions sont de très bonne qualité avec de bons managements et des projets crédibles », admet Rudi Van den Eynde, Head of  Thematic Global Equity chez Dexia AM. Ce secteur présente également un avantage non négligeable : il est décorrélé des données macroéconomiques, de l’évolution des taux d’intérêts et des devises et la corrélation avec l’évolution des marchés boursiers est faible. Ce placement peut donc être considéré comme un investissement satellite dans les portefeuilles. Pour 2014, les produits qui arrivent en phase de commercialisation devraient encore soutenir le secteur. « Compte tenu de la ruée vers ce secteur ces dernières années, les valorisations sont moins supportables qu’auparavant mais restent néanmoins raisonnables. La volatilité et les prises de bénéfices sont à prévoir et nous pensons que le stock-picking prendra toute son importance. Nous estimons que 2014 sera une bonne année pour le secteur et nous pensons que certaines sociétés vont dégager d’importantes avancées cliniques », note Rudi Van den Eynde. Ce secteur est donc très attrayant mais, revers de la médaille, cela risque de se répercuter dans les prix. A surveiller donc !

Source des données chiffrées : Morningstar

Ce contenu a été publié dans Hit-Parade des fonds, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.