Hit-parade des fonds : l’Asie fait son come-back

par défaut 2014-04-11 à 18.53.34par défaut 2014-04-11 à 18.54.01Le hit-parade mensuel de MoneyStore reprend les dix meilleures et dix moins bonnes performances depuis le début de l’année des fonds commercialisés en Belgique. Sans surprise, les fonds investis en actions russes plongent encore dans le bas du tableau. Les tensions géopolitiques entre l’Ukraine et la Russie ont eu un impact non négligeable sur la bourse de Moscou et les dissensions entre les deux pays ne laissent pas présager une accalmie.

Par contre, les actions asiatiques, et plus spécifiquement la bourse indonésienne, font preuve d’un beau rebond en ce début de printemps. La balance commerciale indonésienne est passée d’un déficit en début d’année à un surplus et ce, grâce à la baisse des importations et à un renforcement des exportations. De plus, les autorités monétaires seraient intervenues sur le marché du Forex, ce qui est un signal positif pour le renforcement de la monnaie de ce pays. La maison de gestion J.P. Morgan s’attend à la poursuite du redressement de la balance courante de ce pays pour le premier semestre 2014. Mais cela suppose une vigilance continue qui impliquera, au niveau politique, de prendre peut-être des mesures spécifiques par secteur pour ralentir la demande d’importations.

En ce qui concerne les investissements dans les pays émergents et plus particulièrement en Asie, on assiste à un retour des investisseurs sur ces marchés. «Les investisseurs devraient comparer les valorisations des actions des pays émergents par rapport à celles des pays développés. Après les belles performances des actions des pays développés en 2013, les marchés émergents présentent les marges les plus intéressantes par rapport aux pays développés depuis 10 ans. Ces valorisations actuelles suggèrent que nous sommes proches d’un point d’entrée intéressant pour investir dans les actions émergentes », estiment les analystes de JP Morgan AM. Ce gestionnaire rappelle également qu’un investissement dans les pays émergents ne doit pas se concevoir à court terme mais bien sur un horizon à long terme de minimum 5 ans. La volatilité de ces marchés restera encore importante. Par ailleurs, rappelons que ces marchés ne peuvent plus être appréhendés comme un bloc monolithique. «Tous les marchés émergents ne se valent pas et il est important de ne pas perdre de vue que les investissements se font dans des sociétés et pas dans des pays. De ce fait, il est important de comprendre les fondamentaux sous-jacents et d’avoir une approche active dans cette classe d’actifs qui va différencier les gagnants des perdants », estiment ces analystes.

Volatilité à court terme et potentiel à long terme semblent donc être les maîtres-mots des émergents pour le moment, les choix d’investissement devant se faire avec discernement et vigilance.

Source des données chiffrées : Morningstar

Ce contenu a été publié dans Hit-Parade des fonds, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.