Hit-parade des fonds : Emergents, qui perd et qui gagne ?

par défaut 2014-12-11 à 09.23.36par défaut 2014-12-11 à 09.20.58En cette fin 2014, pas de grandes surprises du côté des performances des sicav calculées depuis le début de l’année. En effet, les fonds investis en actions russes restent dans le bas du classement alors que les fonds en actions indiennes prennent de haut toutes les autres classes d’actifs. L’Inde a réussi un formidable redressement. Les mesures prises par le nouveau gouvernement ont porté leurs fruits et le marché récompense les efforts fournis au niveau politique. Le PIB indien a augmenté de 5.3% au troisième trimestre 2014. Cette croissance est soutenue par des dépenses gouvernementales et par la consommation privée.

Parmi les plus mauvaises performances, ce sont aussi les événements politiques qui guident les marchés. La crise ukrainienne a été fatale pour les actions russes. Malgré la baisse de ces valeurs, ce n’est pourtant pas le moment d’investir en Russie. « Nous pensons qu’il convient d’éviter la Russie à tout prix. C’est ce qu’on appelle une « value trap ». Ce n’est pas parce qu’elle est bon marché qu’il faut y investir. En effet, si elle est bon marché c’est pour de bonnes raisons. La prime de risque est très importante. Les risques géopolitiques et liés aux sanctions sont encore trop présents », conseille, Mathieu L’Hoir, Stratège chez AXA IM.

Par ailleurs, la baisse du prix des matières premières et plus particulièrement celle du pétrole engendre des effets contradictoires dans les pays émergents. En ce qui concerne les investissements dans ces pays, il va falloir être très sélectifs. Il faudra éviter les pays qui dépendent des matières premières pour financer leur déficit public ou le déficit de leur balance courante. « Il faudra éviter la Russie et certains pays latino-américains. Le Chili et le Brésil sont à éviter », estime Mathieu L’Hoir. En effet, 60% de l’indice russe sont composés de sociétés dépendantes des matières premières. La majorité des entreprises russes sont aussi des sociétés d’Etat avec une gouvernance désastreuse. Par contre, d’autres pays sont des importateurs nets de pétrole et de matières premières. Ils ont par ailleurs des excédents nets de leur balance courante. Certains pays ont aussi enclenché des réformes importantes à l’instar de l’Inde et de l’Indonésie.

Il ne faut pas négliger non plus l’impact de la politique monétaire américaine sur ces pays. Le ralentissement de la politique monétaire pourrait provoquer une sortie des capitaux des pays émergents en raison de la hausse des taux d’intérêts américains. En 2015, la prudence sera donc de mise dans les pays émergents qui devront faire l’objet d’une sélection rigoureuse dans les portefeuilles.

Source des données chiffrées : Morningstar

Cet article vous a intéressé, consultez aussi :

Les Russes vus de l’intérieur 

L’économie US reste sur la voie de la croissance et l’Allemagne faiblit

Ce contenu a été publié dans Hit-Parade des fonds, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.