Poster son look grâce à Famest

par défaut 2014-04-24 à 15.23.11Partager, taguer, voir et être vu, look, mode et réseaux sociaux sont les piliers du concept mis au point par Famest. Ce site permet aux jeunes (filles essentiellement) de mettre en ligne sur le site de Famest une photo d’elles qui les met en scène avec des vêtements, avec un look qu’elles apprécient. Les vêtements sont « tagués » c’est à dire qu’en passant la souris sur la jupe, le t-shirt, le sac ou les chaussures, l’internaute (généralement une jeune fille aussi !) peut en voir la marque.

Pour certaines c’est une façon de faire passer un message, pour d’autres c’est l’occasion de s’informer sur la composition de tenues qui accrochent l’œil. A l’ère du partage sur les réseaux sociaux, des blogs mode et des tutoriels sur You Tube, ce concept est dans le vent et est particulièrement apprécié par les jeunes filles de 14 à 25 ans qui sont en recherche d’inspiration et qui sont de grandes utilisatrices des réseaux sociaux.

« Nous sommes partis du constat que les bannières sur les sites avaient un taux de clics qui était assez faible. D’un autre côté, les réseaux sociaux donnent un réel pouvoir aux gens en matière de communication, ce sont eux qui ont désormais le pouvoir sur les marques et qui peuvent faire ou non le buzz sur certains produits. Des millions de gens postent des photos et ne sont pas payés pour ces publicités qu’ils font indirectement. Nous avons eu l’idée de partager ces photos sur un réseau et de récompenser les utilisateurs qui téléchargent les photos », explique Julien Paquet, un des co-fondateurs de Famest.

Comment fonctionne Famest ? La jeune fille poste une photo d’elle sur www.famest.co/fr, Elle identifie les vêtements et accessoires qu’elle porte. Si la photo remporte beaucoup de « j’aime », l’utilisatrice reçoit des points qui seront échangeables contre des bons d’achat chez les sponsors du site. Famest a conclu des accords avec des boutiques ou des marques mais ne met pas de bannières sur son site. « Nous sommes payés par les marques ou les boutiques par filiation sur les vêtements dont il est fait la promotion. Nous touchons une commission sur les commandes qui passent par Famest sur les sites de ces marques. Nous percevons aussi une commission sur les bons d’achat qui sont effectivement utilisés », ajoute Julien Paquet.

Qui utilise Famest ? Les blogueuses mode utilisent Famest pour se rendre plus populaires et pour rediriger le public de Famest vers leurs blogs pour plus de visibilité. Elles ne représentent donc pas une concurrence pour le site mais sont plutôt complémentaires. Les autres utilisatrices consultent ou postent des tenues essentiellement pour obtenir des bons de réduction.

Le concept vient d’être lancé et n’est pas encore rentable. La société a été initiée en 2012 lorsque ses trois fondateurs, Julien Paquet, Martin Meys et Grégory Vander Schueren sont sortis de l’UCL en ayant fait leur mémoire commun sur ce concept. En janvier 2013, la société a été créée avec un capital de départ de 30.000 euros. Une levée de fonds de 230.000 euros a été faite auprès de Meusinvest et de business angels en vue de développer et d’améliorer le produit. « Dans ce domaine, cela prend un certain temps pour avoir une masse critique. Nous voulons d’abord développer les fonctionnalités, car dans ce genre de concept, c’est primordial. Il faut minimum trois ans pour être connus et pour faire un bilan. Nous avons véritablement créé une communauté Famest avec un taux de rétention supérieur à 40% après la première semaine d’utilisation alors que la moyenne du marché est de 25% », assure Julien Paquet. Ce qui les distingue de la concurrence : une valeur ajoutée grâce aux bons d’achat et la mise en ligne de photos personnelles et non pas professionnelles. C’est la force du réseau qui est à la base de ce concept.

Et pour l’avenir ? Les jeunes fondateurs se concentrent, dans un premier temps, sur le développement des fonctionnalités. Ils désirent également passer sur Android. « Nous avons aussi pour objectif de nous étendre à l’étranger comme en France ou au Royaume-Uni grâce à de nouveaux contrats de collaboration. Nous voulons aussi nous développer par des collaborations avec des médias grâce à des concours, par exemple », ajoute Julien Paquet.  La société travaille sur une prochaine levée de fonds pour assurer son développement. Elle invite chacun à taguer son style, son look. Avis aux amateurs !

A lire aussi :

–       Woké 

–       Brussels Beer Project

Ce contenu a été publié dans Entrepreneur à la une, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.