La Revue : La Chine séduit toujours

par défaut 2014-04-07 à 12.17.17La Chine a connu pendant plusieurs années une croissance économique à deux chiffres qui a fait le bonheur des investisseurs. Aujourd’hui, ces taux de progression varient entre 7 et 7,5% sur base annuelle. Ces taux de croissance restent encore très honorables au vu de la croissance dans les pays développés et plus spécifiquement dans les pays européens. Les autorités chinoises ont, par ailleurs, pris des mesures de stimulation budgétaire en vue de stabiliser la croissance conjoncturelle.

« Le défi pour la Chine consiste à faire dégonfler les bulles d’endettement et d’investissement constituées au cours des dernières années sans subir un effondrement majeur de l’activité qui résulterait de l’incapacité du consommateur à prendre le relais dans le rôle de locomotive conjoncturelle », explique les analystes de la Banque de Luxembourg.

Les mesures de soutien conjoncturel se sont ainsi multipliées ces derniers mois : baisse ciblée des taux de réserves obligataires, injections de liquidités, accélération des dépenses publiques, soutien ciblé au crédit. On constate, aujourd’hui, que ces mesures commencent à porter leurs fruits. Cependant, à la Banque Pictet, on entend rester prudents. « A plus long terme toutefois, les perspectives demeurent très incertaines. La volonté des autorités de maîtriser durablement la dynamique du crédit, leur plus grande tolérance face à une croissance moins forte, ainsi que les difficultés traversées par le secteur de l’immobilier résidentiel, pourraient en effet bien déboucher sur une nouvelle phase de ralentissement conjoncturel en 2015 », avertit Yves Bonzon, Directeur des Investissements à la Banque Pictet.

Alors que l’activité économique a considérablement faibli en Chine au cours des dernières années, les marchés boursiers chinois semblent entrer dans une phase de bull market. « Si la situation des marchés européens est assez trouble pour le moment, le tableau des pays émergents brille. Les marchés boursiers chinois entrent doucement mais sûrement dans une phase de bull market tirés plus spécifiquement par les grandes capitalisations de qualité qui font le principal du rally », note Frank Vranken, Stratège chez Puilaetco Dewaay Private Bankers.

Les opportunités existent bel et bien sur le marché chinois. Les experts d’Invesco en ont détectées dans le secteur de la santé. « L’augmentation des dépenses de santé publique et privée, ainsi que les réformes de santé, laissent présager une multiplication des opportunités d’investissement en Chine. Nous pensons que de nombreux segments de l’industrie pourraient exploiter le fort potentiel de hausse du marché chinois de la santé à moyen terme », explique Joseph Tang, Directeur des investissements d’Invesco Hong Kong. Il faut dire que le marché de la santé dans ce pays s’adresse à 1,3 milliard de personnes. Des secteurs comme l’industrie pharmaceutique ou encore celui les équipements médicaux offrent un potentiel de croissance important.  Joseph Tang prévoit ainsi des opportunités de fusions et acquisitions pour les hôpitaux privés ainsi que des opportunités pour les fabricants d’appareils médicaux de gagner des parts de marché sur la concurrence internationale grâce à leur avantage en matière de coûts. Ce type d’investissement doit bien sûr se concevoir à travers des fonds spécialisés et dans le cadre d’une diversification de portefeuille.

Lire aussi :

–         Hit-parade des fonds : Inde et mines d’or sur le tapis rouge 

Ce contenu a été publié dans Actualité, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.