Actualité : Les élus face aux économistes : une expertise à consulter !

IMG_0939_2Les résultats du scrutin régional et fédéral sont sortis des urnes et nous sommes en phase de formation d’un gouvernement. Nos nouveaux élus font face à des défis importants en matière socio-économique. Ils ont désormais cinq années devant eux pour pouvoir engager des réformes structurelles importantes. Cinq années sans la crainte d’un scrutin électoral : c’est là une opportunité à saisir. Que ce soit en matière de retraites, de fiscalité, de compétitivité ou d’économies à réaliser, les défis sont nombreux.

Des réformes doivent être engagées d’urgence mais de façon graduelle en veillant à la fois à la neutralité budgétaire et à l’équité sociale. Dans ces domaines, les experts économiques ont un savoir, une expérience à partager. Cependant, trop peu souvent consultée, cette expertise reste cantonnée dans les cénacles académiques. Les recherches universitaires font l’objet de trop peu d’attention et leurs auteurs ne font souvent pas l’effort de les communiquer vers l’extérieur.

Pour rappel, dans l’édition de la Libre Belgique du 25 janvier dernier, nous communiquions les orientations structurelles proposées par cinq économistes récoltées lors d’un week-end de réflexion. Les pistes de réflexion issues de cette rencontre se conçoivent dans leur globalité et sont le fruit d’un consensus entre les cinq économistes d’horizons différents. Elles forment une base de réflexion en termes de fiscalité, de retraites et de compétitivité.

Les propos y sont parfois audacieux mais c’est d’audace et de courage dont nous avons besoin. Si nous voulons que nos jeunes trouvent du travail et ne partent pas dans la vie avec un sac à dos chargé de la dette publique et du poids des pensions des générations précédentes, nous devons sans tarder prendre des mesures pour redresser la barre. Des mesures comme l’élargissement de la base taxable des personnes physiques alliée à une diminution des taux de taxation devrait être envisagée. « L’élargissement de la base fiscale et la globalisation des revenus sont souhaitables non seulement pour des raisons budgétaires mais également pour des raisons d’équité et de transparence. Cette globalisation doit cependant être introduite progressivement dans le temps et doit s’accompagner de mesures comme la révision des barèmes ou encore l’application de coefficients par types de revenus », estiment ces économistes.

Le système des retraites doit aussi faire l’objet de toute l’attention de nos élus. L’augmentation de l’âge effectif de la retraite, le renforcement du deuxième pilier, la diminution des inégalités entre les différentes types de travailleurs, sont autant de chantiers à mettre en œuvre. « Il nous paraît impératif de mettre en place des structures d’information, d’éducation et de sensibilisation visant à promouvoir l’épargne à long terme. Nous attirons l’attention sur le fait que ces réformes doivent être mises en place, globalement, le plus rapidement possible pour conserver l’équilibre social et budgétaire de notre pays », soulèvent encore ces économistes.

Du côté de la compétitivité de notre pays, les défis sont aussi nombreux et des mesures doivent aussi être prises en termes de coûts salariaux et de formation de nos jeunes. Les enjeux sont nombreux et cruciaux. La question qui se pose aujourd’hui est la suivante : Oserons-nous prendre les décisions qui s’imposent en dépassant les préoccupations individuelles à court terme ? Aurons-nous l’audace et le courage d’envisager des solutions novatrices et importantes, des mesures sans doute contraignantes à court terme mais porteuses d’avenir ? Pour y arriver, les hommes et femmes politiques se pencheront-ils sur les données et conseils des experts économiques ?

Lire aussi : Pistes et éclairages économiques-Vers de nouvelles orientations structurelles pour la Belgique. 

 

Ce contenu a été publié dans Actualité, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.