Actualité : Le marché libre est-il condamné ?

Photo115Nos confrères du Tijd annonçaient, en date du 18 avril dernier, la possible disparition du marché libre sur Euronext Bruxelles. Pour rappel, le marché libre reprend la cotation des petites sociétés et les exigences réglementaires s’y limitent à l’émission d’un prospectus. Aujourd’hui, 18 sociétés sont cotées sur ce marché qui, il est vrai, a connu quelques déconvenues et a une liquidité assez réduite.

Qu’est-il réellement ? « Cette information est anticipée et prématurée, elle n’a pas de caractère officiel. Nous n’en sommes qu’au stade de la réflexion. On penche vers une fusion du marché libre et des ventes publiques mais ce projet n’a pas encore abouti en termes de réflexion et de validation », assure Vincent van Dessel, CEO d’Euronext Brussels.

Ce marché, un peu hors norme, a connu un certain engouement mais n’a pas une très bonne réputation et n’est pas suivi par les intermédiaires de la place. Ces sociétés communiquent également trop peu, ce qui les rend moins visibles. « Ce marché n’a pas été soutenu par les banques ni par les intermédiaires. Nous devons réfléchir à des solutions spécifiques pour les PME qui soient soutenues aussi par les banques. Cette réflexion doit être engagée pour savoir si les PME ont bel et bien besoin d’un tel marché. De quel type de marché ont-elles besoin ? Toutes les initiatives de financement sont bonnes. Nous ne devons pas rater la cotation de pépites mais la bourse n’est sans doute pas appropriée pour le premier stade de développement des entreprises », souligne Vincent van Dessel.

Dans l’hypothèse de la disparition de ce marché (comme celui d’Alternext à Amsterdam récemment), quel serait l’impact sur les détenteurs de ces titres et sur les sociétés qui y sont cotées ? Selon notre interlocuteur, le droit de traiter ces titres ne sera pas aboli. On peut imaginer un passage en ventes publiques. Certaines sociétés pourraient aussi passer sur Alternext avec des contraintes supplémentaires. A noter que le marché Alternext, qui reprend les cotations de sociétés moyennes, remporte un beau succès à Paris, une place boursière dont la culture est davantage orientée vers les PME et qui dispose de spécialistes qui suivent davantage ces sociétés. Si le marché libre venait à disparaître, cela ne résonnerait-il pas comme un glas et un avertissement supplémentaire concernant les difficultés de financement auxquelles se heurtent nos PME ? Sur ce sujet qui concerne le présent et l’avenir de notre tissu économique, c’est une réflexion très large qu’il faudrait entamer… sans plus attendre.

Lire aussi :

–       qu’est ce qui influence le cours d’une action ?

–       Qu’entend-on par valeurs cycliques et défensives ? 

Ce contenu a été publié dans Actions, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.