Rencontre de MoneyStore : Parler de transmission aux générations suivantes

Lors de la précédente Rencontre de MoneyStore, nous avions abordé le thème de la transmission du patrimoine sous son aspect juridique. La transmission des biens familiaux doit aussi se préparer au sein de la famille. Comment en parler aux générations suivantes et les préparer à cette transmission ? Pour répondre à ces questions, MoneyStore.be vous invite à la quatrième Rencontre de MoneyStore sur le thème

« La transmission des biens familiaux: comment en parler 

 aux générations suivantes? »

 

le lundi 29 avril 2013 à 18h30

animée par Isabelle de Laminne, blogueuse et chroniqueuse à La Libre Belgique qui recevra Muriel Schréder, Partenaire d’Exego, Membre 4ième génération d’une entreprise familiale internationale et Marie Helsmoortel, Head of Private Banking Brussels chez ING Belgique

18h30 : Accueil des participants

19H : Introduction par Isabelle de Laminne suivie d’une intervention de Marie Helsmoortel sur la communication aux générations suivantes en matière patrimoniale et d’une présentation par Muriel Schréder qui abordera le thème de la transmission d’une entreprise familiale. Isabelle de Laminne animera le débat entre les deux oratrices.

20h45 : Cocktail

Lieu : Centre Culturel ING, Hôtel Coudenberg, Place Royale, 5 1000 Bruxelles

Inscription via ce lien

Nombre de places limité, invitation réservée aux investisseurs particuliers et à leurs jeunes générations.

 Avec le soutien de

Ce contenu a été publié dans Rencontres, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Rencontre de MoneyStore : Parler de transmission aux générations suivantes

  1. BdM dit :

    Je suis d’autant plus motivé à commenter la soirée de hier que Madame Helsmoortel a fait allusion à mon message précédent du 26 mars (supra).
    Elle nous a magistralement fait part de sa longue expérience, d’une manière très nuancée, humaine et subtile. En effet, contrairement à d’autres private bankers, rapides pour imposer une solution après quelques cours suivis distraitement, Madame Helsmoortel nous a donné tous les arguments pour parler du patrimoine familial aux enfants, et tous les arguments pour ne pas le faire.
    Mon sentiment est que, au fur et à mesure que les enfants avancent en âge, les arguments pour leur parler du patrimoine familial – ou de l’absence de celui-ci ! – l’emportent sur ceux qui plaident pour la discrétion totale à cet égard.
    En d’autres mots, autant il est inapproprié d’en dire quoi que ce soit, en tout cas en ce qui concerne les montants, avant qu’ils n’aient eux-mêmes stabilisé leur vie personnelle et professionnelle, autant il est contreproductif voire dangereux de ne rien leur en dire quand ils atteignent la cinquantaine.
    Par contre, et ce ne fut pas distingué de manière aussi claire, autant ce qui précède concerne le patrimoine dont ils espèrent, rêvent voire exigent d’hériter ou, de plus en plus, de recevoir au plus vite (argument fiscal lanscinant), autant un autre débat concerne leur formation à la gestion de leurs propres revenus, économies qui formeront pour la plupart leur seul patrimoine, celui de leurs parents étant appelé à fondre au soleil de la crise, de l’aggravation de la pression fiscale, du coût des maisons de repos, de la diminution du montant des pensions en termes réels, et de l’allongement de l’espérance de vie.
    Et là il n’est jamais trop tôt pour aborder ces questions en famille. Madame Herlsmoortel donnait l’exemple d’un baby sitter qui ne voulait pas négocier son dédommagement, éduqué à ne pas parler d’argent. Alors que justement il est bon de savoir qu’il faut se préparer à négocier dans la vie, à savoir trouver des accords qui satisfont les deux parties. ^
    Madame Muriel Schréder a apporté un regard « vécu » d’une famille nombreuse face à la gestion d’un patrimoine commun un peu particulier, à savoir une entreprise active internationalement au travers de plusieurs filiales. Ses réflexions sont tout à fait transposables à d’autres formes de patrimoines, immobiliers ou mobiliers. La principale à retenir est la nécessité du dialogue pour éviter de prendre des décisions mal ciblées par rapport aux espoirs, craintes et attentes des uns et des autres.

    Encore merci à Moneystore de nous concocter un programme de conférences que nous n’avons pas l’occasion d’entendre dans d’autres cycles ou organismes.

    En attendant avec intérêt l’éventualité d’une invitation à la suivante !

  2. BdM dit :

    Le sujet de cette conférence est vraiment bien choisi.
    C’est une question cruciale, d’autant plus que les private bankers poussent indistinctement, pour des raisons fiscales, mais bien entendu aussi commerciales (fidélisation à long terme de la famille), à des donations à la génération suivante.
    Je me suis inscrit bien tôt pour être sûr …

Les commentaires sont fermés.