Qu’est-ce qu’un tracker ? Petit rappel

DSCN1804Par Keytrade Bank

Un tracker, également dénommé Exchange Traded Fund ou «ETF»,  représente un panier de titres (actions, obligations ou actifs alternatifs) qui cherche à répliquer les performances d’un indice de marché spécifique. Le plus souvent, il s’agit d’un indice important comme le FTSE100, le S&P500 ou le BEL20, mais grâce à la popularité des ETF, un grand nombre de fonds sont maintenant disponibles sur des centaines d’autres indices couvrant des classes d’actifs comme les pays émergents, les obligations ou même les alternatifs.

Que vous cherchiez à investir dans des actions ou obligations européennes ou dans des marchés plus exotiques comme les marchés émergents, les énergies propres ou les matières premières, il y aura toujours un ETF correspondant à vos besoins.

Le premier ETF fut créé en 1993, aux Etats Unis, sur l’indice S&P500. C’est pourtant 6 ans plus tard que le marché des ETF rencontre l’engouement des investisseurs. Toutefois, il a fallu attendre 1999 pour que ces produits rencontrent un succès mérité. D’abord destiné aux professionnels de la finance, le marché des ETF s’est progressivement ouvert à tout type d’investisseur. A partir de 2009, les encours sous gestion des ETF aux Etats-Unis  s’élèvent à 1000 milliards de dollars. Les volumes négociés chaque jour dépassent 50 milliards de dollars. L’ETF SPDR S&P 500 est à ce jour la valeur mobilière la plus négociée au monde avec plus de 75 milliards de dollars d’encours. Sur le marché européen, les ETF furent introduits en 2001. Depuis lors, l’offre des ETF s’est continuellement étoffée pour atteindre aujourd’hui 961 ETF. 35 sociétés de gestion sont présentes sur le marché européen des ETFs. Le marché continue d’attirer de plus en plus d’acteurs. Toutefois près de 76% du marché est détenu par 3 émetteurs. Les encours représentent à fin septembre 2010,  175 milliards d’euros, soit une hausse de 10% comparée à décembre 2009.

Les ETFs se négocient en Bourse comme une action. Il est facile d’acheter ou de vendre des trackers par l’intermédiaire de n’importe quel courtier. La plupart des « grandes banques » classiques ne vous les proposeront pas car c’est un produit qui vient concurrencer leurs grands « fonds maison » et met en évidence les frais réclamés pour les fonds.

La cotation se fait en continu de 9h05 à 17h35, les trakers sont identifiés par leur code ISIN ou par leur code mnémonique. Les types d’ordre applicables aux actions, comme l’ordre à cours limité, l’ordre « stop » et l’ordre à « stop limit » le sont aussi aux trackers.

Ayant la même composition que l’indice boursier qu’il reproduit, il varie donc à la hausse ou à la baisse selon la même amplitude que l’indice qu’il reproduit. L’amplitude est, le cas échéant, multipliée par un coefficient, dans le cas d’un tracker à effet de levier.

L’avantage principal d’un tracker par rapport à un fonds classique, c’est que la performance du marché est de facto « garantie », on n’a jamais plus  que la performance mais jamais moins non plus. Ils ont les mêmes avantages de diversification de portefeuille – et donc de diminution du risque – qu’un fonds classique et ont d’autres avantages comme des frais de fonctionnement plus bas. Comme la gestion d’un tracker, ne consiste qu’à répliquer un indice existant, il ne nécessite pas de gestion active , et dès lors ses frais de fonctionnement sont considérablement plus bas qu’un fonds d’investissement classique.

Un des seuls reproches que l’on peut faire au tracker c’est qu’il n’y a pas de protection du capital : si les marchés s’écrasent ou qu’une bulle boursière éclate, le tracker va suivre exactement le même chemin.

Mais bien entendu, certains y ont pensé en proposant ce que l’on appelle des « trackers actifs »,  qui peuvent comprendre une protection du capital ou même des trackers inversés, c’est-à-dire qu’ils auront une performance exactement opposée à celle du marché. En clair, vous pouvez « jouer à la baisse », si un marché diminue, vous gagnez de l’argent. C’est aussi un moyen intelligent de couvrir un portefeuille classique !

articles sur le même sujet:

trackers pas si simples

ETF à quoi faut-il être attentifs?

– et le corner investir

Ce contenu a été publié dans FAQ, Placements, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.