Qu’est-ce qu’une obligation hybride ?

Une obligation hybride est un placement qui se situe à la limite de l’obligation classique et de l’action. On met dans cette classe d’actifs les obligations subordonnées ou les obligations perpétuelles. Alors que l’obligation classique présente une date d’échéance fixe et un coupon bien défini, l’obligation hybride peut avoir une date d’échéance non fixée (obligations perpétuelles) et un coupon qui peut varier en cas de perte ou de faillite (obligations subordonnées).

Penchons-nous sur les obligations perpétuelles. Il s’agit d’obligations qui soit ne sont jamais remboursées, soit dont la date de remboursement n’est pas prévue initialement. Elles peuvent cependant être remboursées sur décision de l’émetteur. Elles sont aussi négociables sur le marché secondaire. Il ne s’agit pas d’une action car le détenteur n’est pas propriétaire de l’entreprise mais reste bien créancier. Pourquoi souscrire à ce type d’obligations plutôt qu’à une action ? Bien que plus risquée qu’une obligation classique, ces obligations ne sont cependant pas aussi risquées qu’une action. Elles peuvent être remboursées au pair alors que l’action peut perdre de sa valeur en bourse. Elles offrent aussi un rendement plus stable que les dividendes. Mais en cas de difficulté, l’émetteur peut aussi décider de diminuer la valeur du coupon qui sera payé.

Les obligations subordonnées sont des obligations qui représentent des dettes qui seront remboursées en dernier lieu en cas de problème ou de faillite d’une société. Elles ont donc un rang de remboursement inférieur à celui des obligations classiques. Le remboursement est donc subordonné à celui des autres créanciers détenteurs d’obligations classiques. Elles sont proches des actions et, dans certains cas, elles sont assimilées aux fonds propres mais les détenteurs de ces obligations subordonnées restent des créanciers de la société et non des actionnaires.

Ces obligations hybrides ont donc perdu ce caractère « sécurisé » qui caractérise une obligation classique. De ce fait, elles offrent donc des rendements supérieurs aux obligations classiques. On peut dire que ces obligations accentuent le risque « émetteur ». La volatilité de ce placement est également plus grande que la volatilité d’une obligation classique. Ces obligations restent cependant un marché de niche dans le monde obligataire. Elles sont destinées à des investisseurs à la recherche de rendements plus élevés.

A ne pas mettre dans toutes les mains, on s’en doutera !

Ce contenu a été publié dans FAQ, Obligations, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.