Hit-parade des fonds : Le Japon tient la forme

Pour la sixième fois consécutive, les fonds investis en actions japonaises tiennent le haut du classement dans le hit-parade des fonds de MoneyStore. Ce hit-parade reprend les 10 meilleures et 10 moins bonnes performances des fonds commercialisés en Belgique toutes catégories confondues.

Les indices japonais ont commencé à flamber depuis la mi-novembre 2012 grâce à la mise en place de la politique économique du premier ministre Shinzo Abe. Après un tassement en mai dernier, la consolidation semble avoir lieu. La publication du compte-rendu  de la réunion de la FED laissait entrevoir la fin de la politique d’assouplissement quantitatif aux Etats Unis, ce qui a inquiété les investisseurs qui ont aussi eu peur du retour d’un scénario de hausse des taux au Japon. « Début avril, l’arrivée d’un nouveau gouverneur à la tête de la Banque du Japon, Mr. Kuroda, a également enflammé le marché car il a pris les investisseurs par surprise en annonçant très rapidement des mesures de relance monétaires sans précédent au Japon, visant à lutter contre la déflation, entre autres par un affaiblissement du yen et par un doublement de la taille du bilan de la banque centrale », note Christophe Dumont, Economiste chez Dexia Asset Management. Cette réussite de la politique monétaire, fiscale et budgétaire pour soutenir la consommation est-elle une recette miracle dont devraient s’inspirer les autres économies ? Il faut dire que le Japon revient de loin et mise sur le passage d’une économie en déflation vers une inflation. Mais à quoi doit-on s’attendre ? L’économie devrait bénéficier des mesures structurelles enclenchées. Si le parti du premier ministre remporte les élections à la chambre haute en ce mois de juillet, il aura davantage de latitude pour renforcer sa politique. « Les perspectives à court terme sont assez bonnes dans le sens où la dernière enquête Tankan, début juillet, montre que la confiance tant des petites que des grandes entreprises a clairement progressé. De plus, elles ont revu à la hausse leurs plans d’investissement pour l’année fiscale 2013 (par rapport à leurs prévisions de début avril). Celles-ci commencent seulement à profiter de la dépréciation du yen qui a accompagné ces nouvelles politiques », souligne Christophe Dumont.

Dans le bas du classement, les actions des mines d’or ne cessent de faire pleurer les investisseurs qui y ont investi. La hausse prodigieuse des actions japonaises et la baisse abyssale des mines d’or démontrent à quel point une bonne diversification dans les portefeuilles s’avère indispensable.

Ce contenu a été publié dans Hit-Parade des fonds, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.