Hit-parade des fonds : Japon : malgré la correction, la récompense

Le hit-parade mensuel des fonds de MoneyStore reprend les 10 meilleures et 10 plus mauvaises performances des fonds commercialisés en Belgique depuis le début de l’année. Une certaine monotonie s’est installée dans ce classement depuis quelques mois. Le Japon ressort grand gagnant avec neuf fonds dans le top 10 alors que les mines d’or et les ressources naturelles semblent ne plus vouloir quitter le bas de ce palmarès.

La bourse japonaise a connu une correction le 23 mai dernier et, malgré cette baisse à court terme, la bourse nippone a enregistré une hausse de 40% depuis le début de l’année (year-to-date). La plupart des entreprises japonaises ont maintenant annoncé leurs résultats pour l’année 2012. Ces résultats révèlent que la politique monétaire du ministre Shinzo Abe a produit des effets qui ne se cantonnent pas aux prix des actions mais qui ont aussi eu un impact positif sur les sous-jacents. « Bien sûr, la faiblesse du yen a donné une impulsion au PIB qui était anémique. Les données économiques publiées récemment montrent que l’économie japonaise a augmenté de 3,5% sur une base annuelle durant le premier trimestre, battant en brèche les prévisions des analystes qui s’étaient limitées à une prévision de croissance de 2,7% », note Shogo Maeda, head of Japanese equities chez Schroders. Les résultats des entreprises ont également dévoilé de très bonnes surprises et ont dépassé les espoirs des analystes traditionnellement conservateurs. Les exportations ont dopé les résultats grâce au cours de change avantageux du yen. C’est donc la faiblesse du yen qui a conforté les résultats des entreprises japonaises.

La question que l’on peut se poser aujourd’hui est de savoir si le Japon va pouvoir tenir sur la longueur. « Nous avons vu une hausse graduelle dans les attentes en termes d’inflation comme dans les activités de prêts des banques. Nous sommes confiants que nous sommes dans la bonne direction et nous avons bon espoir pour l’économie japonaise dans un futur proche » estime Toshi Miwa, gestionnaire chez Invesco. Après ces fortes hausses enregistrées sur la bourse nippone, comment peut-on envisager un investissement dans cette zone géographique ? « Notre message est assez simple. Alors que beaucoup de sociétés japonaises sont convoitées par les investisseurs, certaines développent des atouts comme une technologie, une marque ou une fidélité de leurs clients. Dès lors, notre stratégie reste inchangée en favorisant des compagnies de grande qualité qui génèrent de bons cash-flows avec une approche plutôt bottom up que top-down », note Toshi Miwa. Mais, n’est-il pas trop tard pour entrer sur ce marché? “Non, ce serait une erreur de croire que, parce que ce marché a déjà fort monté, il ne faut plus y investir. On peut encore bénéficier de la deuxième partie du rallye. La hausse sera moins forte mais nous ne sommes pas à la fin de cette tendance haussière”, estime Thierry Masset, Chief Investment Officer chez ING Belgium.

Source des données chiffrées : Morningstar

Ce contenu a été publié dans Hit-Parade des fonds, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.