Le tour du monde de l’entrepreneuriat social en vidéo

Par la Banque Degroof

GoYoung, ce sont trois étudiantes belges en quête d’aventures avec un projet ambitieux : filmer des entrepreneurs sociaux du monde entier pendant près d’un an. Revenues conquises, elles sont avides de mieux faire connaître l’entrepreneuriat social aux professeurs et aux étudiants. Rencontre avec Pauline, l’une des fondatrices du projet.

Transformer le monde

« Après nos études, nous avions envie de voyager, de découvrir de nouveaux horizons, mais il nous manquait une idée, un projet rassembleur », explique Pauline Verhaeghe. C’est un livre (« 80 hommes pour changer le monde » de Sylvain Darnil et Matthieu Le Roux) qui agit comme une révélation : partir à la rencontre des entrepreneurs sociaux. Ce recueil de 80 portraits de pionniers en développement durable retrace les parcours d’hommes et de femmes « qui ont tenté de construire le monde auquel ils rêvaient au lieu de subir celui qui existe ». Le livre, sorti en 2003, manquait d’une troisième dimension, plus moderne : la vidéo. Après avoir contacté les auteurs du livre, Pauline Verhaeghe, accompagnée de Gaëlle Blondeau et Victoria Van Lennep, décident de se lancer elles-mêmes dans l’aventure. Le projet GoYoung était né.

Think out-of-the-box

Durant neuf mois, les trois co-fondatrices ont parcouru les cinq continents et filmé plus de 40 jeunes qui ont entrepris des projets incroyables dans chacun de leur pays, dans des domaines aussi variés que l’environnement, l’éducation ou la santé. Le projet, à la fois documentaire et outil éducatif, permet de faire découvrir en vidéo des entrepreneurs de moins de 30 ans, issus des quatre coins du monde. Pourquoi avoir choisi une telle tranche d’âge? « Nous voulions à tout prix rencontrer de jeunes entrepreneurs, pour faciliter l’identification, mais surtout pour montrer que l’entrepreneuriat social est accessible à tous et qu’il ne faut pas spécialement avoir 30 ans de carrière pour le devenir », commente Pauline Verhaeghe.

Le documentaire entendait aussi lutter contre l’idée selon laquelle avoir un but social est incompatible avec le principe de durabilité et profitabilité. À travers ses vidéos, GoYoung veut démontrer que business et finalité sociale peuvent coexister. Et la vidéaste de préciser : « C’est un concept win-win : on crée un business, mais surtout on crée de l’impact social autour de soi. »

Susciter l’inspiration

Quel que soit leur background académique ou social, ces entrepreneurs sociaux ont tous un trait de caractère en commun : la passion. « Nous avons rencontré des gens motivés, travailleurs, qui aiment ce qu’ils font et qui croient passionnément en leur projet », déclare Pauline Verhaeghe. En plus d’être audacieux, ils font preuve d’un formidable pouvoir de résilience : « Ces entrepreneurs sont des personnes créatives, qui n’hésitent pas à sortir des sentier battus, qui n’ont pas peur de se tromper et ne se découragent pas, même en cas d’échec ». Des personnalités inspirantes pour les jeunes d’aujourd’hui et de demain.

Plateforme pédagogique

En plus de vouloir inspirer, le projet GoYoung a aussi pour objectif d’offrir du matériel pédagogique inédit et nouveau. Le documentaire servira en effet d’aide pour les cours d’entrepreneuriat et sera accompagné d’un dossier pédagogique proposant plus de 15 case study pour les professeurs. Un outil qui permet non seulement de comparer les différents business model existants, mais qui se veut aussi un témoignage du succès de l’entrepreneuriat social à travers le monde.

Une passion contagieuse

De retour à Bruxelles, l’équipe a accueilli trois nouveaux membres et travaille actuellement sur la post-production du documentaire, disponible début 2013. Comment envisager l’avenir? « Pour le moment, nous sommes encore concentrés à terminer la production du DVD, mais il est évident qu’à long terme, nous sommes tellement convaincus par le concept de l’entrepreneuriat social qu’il fait désormais partie de nous et que notre vie professionnelle y sera certainement mêlée, de près ou de loin ». Un virus contagieux, qu’on rêve tous d’attraper! Y a-t-il des volontaires pour changer le monde ? www.goyoung.org

Ce contenu a été publié dans Femmes, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.