Ne pas laisser ses rêves à l’état de rêve

Par La Banque Degroof

Le 3 juillet 2013

Fabienne Delvigne est l’une des toutes grandes modistes de notre temps. Son nom est cité dans la presse chaque fois qu’une maison royale européenne a quelque chose à célébrer. Certaines maisons de mode renommées comme Giorgio Armani, Chanel et Yves Saint Laurent travaillent de temps à autre avec elle. Mais qui est donc cette muse?

L’enseigne discrète sous la sonnette confirme que la maison de maître blanche abrite bien son atelier. Installée dans le salon douillet où elle expose sa toute dernière collection et reçoit sa clientèle, Fabienne Delvigne nous raconte sa passion pour les chapeaux, les défis et la perfection.

À 23 ans, elle décide de modifier radicalement le cours de sa carrière. Après des études de marketing à l’EPHEC, à Bruxelles, et alors qu’elle occupe un poste de cadre en entreprise, Fabienne Delvigne  veut se consacrer au métier de modiste. La nouvelle n’est pas bien reçue pas son entourage. Quelle idée d’abandonner une bonne situation pour se mettre à son compte, qui plus est dans un domaine où la demande est devenue pour ainsi dire inexistante. Nous sommes alors au milieu des années 80. En outre, Fabienne Delvigne place la barre très haut: elle est bien décidée à confectionner des chapeaux de haute couture. « Je rêvais de faire un chapeau pour la reine Paola alors qu’elle n’était encore que princesse ». « Je ne laisse pas mes rêves à l’état de rêves, je mets toujours tout en œuvre pour les réaliser », dit-elle en préambule pour expliquer son parcours.

Genèse

 « J’avais beau n’avoir jamais fait de couture de ma vie, je suis entrée dans un atelier de chapeaux – il n’en restait déjà plus beaucoup à l’époque – pour y demander un travail. On a commencé par me dire qu’il n’y en avait pas, mais comme je suis persévérante, ils ont fini par m’en accorder un. Quelques temps plus tard, mon apprentissage était terminé et j’ai commencé à créer mes propres chapeaux », poursuit-elle. Sa stratégie de marketing ? Porter ses créations lors de tous les mariages et de toutes les festivités possibles, et distribuer sa carte de visite aux gens intéressés. C’est ainsi que sont arrivées les premières commandes… et le bouche à oreille a fait le reste, progressivement.

C’est la maison Armani qui lui recommande de faire la rencontre de la reine Paola. Une chose entraînant l’autre, Fabienne Delvigne est depuis 2001 fournisseuse officielle de notre maison royale. Elle crée des chapeaux pour la reine Paola et les princesses Mathilde et Claire. Avec le temps, la reine Silvia et la princesse Victoria de Suède, la reine des Pays-Bas Maxima et la grande-duchesse María Teresa de Luxembourg sont devenues des clientes aussi importantes que fidèles. Chaque chapeau voit le jour à travers une symbiose d’idées et de desiderata. Fabienne Delvigne sait écouter et sentir ce que veulent ses clientes. Elle a le talent pour percevoir les atouts d’un visage et le mettre en valeur.

À la demande de ses clientes, elle confectionne aussi depuis 2008 des chapeaux à porter au quotidien (collection Trendy). Et depuis 2009, elle fabrique des chapeaux pour hommes. « Je reçois de très nombreux messieurs. De tous les âges. Un chapeau permet de se démarquer. La production de masse règne aujourd’hui en maître dans le secteur des vêtements. Pour peu, nous pourrions tous porter des vêtements identiques. Porter un chapeau sur mesure vous rend unique. C’est un argument qui fait vraiment mouche chez les messieurs. À partir d’un certain moment, on m’a demandé de plus en plus souvent de fabriquer des chapeaux pour toute la famille, et c’est ainsi que je me suis aussi consacrée aux chapeaux pour enfants », explique-t-elle.

Rien ne l’arrête

Fabienne Delvigne aime les défis. Elle est toujours en quête de nouveaux matériaux que personne d’autre n’utilise. Elle les expérimente. C’est avec des étincelles de plaisir dans les yeux qu’elle raconte cette anecdote:  « Pour le mariage du grand-duc héritier du Luxemburg avec la comtesse Stéphanie de Lannoy, en octobre de l’année passée, je voulais confectionner un chapeau à plumes pour Maxima, qui était alors princesse. Je voulais absolument que la couleur des plumes soit proche de celle de sa jupe. J’ai fait tellement d’essais qu’à la fin je n’ai pu présenter que trois plumes à Maxima. Cela ne l’a pas empêchée de m’accorder toute sa confiance. Et comme le temps manquait, j’ai dû envoyer le chapeau sans qu’elle l’ait essayé. Plusieurs tenues avaient été créées pour elle ce jour-là et j’avais créé un chapeau spécifique pour chacune d’entre elles. La journée était splendide et je supposais donc qu’elle opterait pour un ensemble estival. J’étais déçue d’avance parce que ce chapeau à plumes était tellement superbe. Et quand j’ai aperçu quelques plumes à la télévision, vous n’imaginiez pas ma joie. Maxima portait les plumes! Ce chapeau lui plaisait tellement qu’elle avait absolument tenu à le porter, comme je l’ai appris plus tard ».

Créativité sans fin

Fabienne Delvigne ne saurait dire combien de chapeaux elle a déjà créés. « C’est un calcul que je n’ai jamais fait, avoue-t-elle en toute honnêteté, mais il y en a beaucoup. J’exerce ce métier depuis 27 ans ». Un regard vers les boîtes de son atelier qui contiennent chacune de nombreux chapeaux donne le vertige. Et c’est sans compter les bijoux, les châles, les sacs à main et les chaussures qu’elle crée avec le même souci de cohérence et de perfection.

Ce contenu a été publié dans Femmes, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.