Doutons, observons, et soyons créatifs !

volmachtC’est à un bain de jouvence auquel nous sommes conviés grâce à la lecture du livre « La bonne idée existe-Cinq étapes essentielles pour la trouver » que Luc de Brabandère publie en collaboration avec Alain Iny. Ce mathématicien philosophe, qui a rejoint le Boston Consulting Group, nous invite à regarder la réalité autrement, à faire des liens entre des domaines apparemment très éloignés les uns des autres. C’est une autre manière de pensée, non conventionnelle qui est ainsi proposée. Doutons de la boîte dans laquelle nous évoluons, observons le monde par la fenêtre et osons les idées nouvelles !

A l’entendre, on ne demande qu’à le suivre ! « Dans l’expression pensée créative, le mot le plus important n’est pas créative mais pensée. Nous devons dépasser les objets mentaux que nous avons créés pour appréhender le monde. Il faut sortir d’une boîte pour aller dans une autre. Si je regarde autrement le produit que je vends, la fonction que j’accomplis, je pourrai innover », constate Luc de Brabandère.

C’est ainsi qu’un fabriquant de stylo à billes s’est mis à commercialiser des briquets jetables en plastic. « Il y a deux scénarios : ou je subis le changement ou je construis le changement. Beaucoup d’idées qui ont été développées existaient déjà dans d’autres structures. La plupart du temps, les idées existent mais il manque une représentation du monde pour la faire émerger. Très souvent, les idées ne viennent pas des grandes entreprises, des grands acteurs. C’est un terrible constat », regrette Luc de Brabandère.

Parfois des leaders disparaissent par manque de vision : les changements du monde étaient sous leurs yeux et ils n’ont pas réussi à modifier leur façon de produire, de vendre. Préparons-nous, ouvrons-nous au monde et… remodélisons. C’est en re-forgeant que l’on devient forgeron. La notion de « re » est importante. « Il est primordial, dans notre société, de mettre l’accent à la fois sur la liberté d’entreprendre et sur le respect de la planète. Il y a moyen d’encourager les nouveaux modèles. Il faut redonner une impulsion aux gens de façon à ce que leur travail devienne projet plutôt qu’exécution ».

Pour notre part, nous ne résistons pas à la tentation de vous donner quelques exemples de formules tueuses d’idées qui peuvent crépiter à la moindre tentative créatrice : « ça ne marchera pas », « c’est contraire à la réglementation », « on a déjà essayé ça », « qu’est ce que nos clients vont penser ? »,  « on a toujours fait comme ça », « ce n’est pas aussi simple que vous croyez ».

Il faut avoir de l’audace pour passer au-dessus de ces attaques verbales qui assassinent les idées. Cet ouvrage nous interpelle en nous donnant les clefs pour trouver cette audace. Avouons que ça fait du bien dans la morosité ambiante !

Luc de Brabandère et Alan Iny, « « La bonne idée existe-Cinq étapes essentielles pour la trouver », aux éditions Eyrolles, 322 pages, 28 euros.

Ce contenu a été publié dans Divers, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Doutons, observons, et soyons créatifs !

  1. Cécile Denis dit :

    Oui bain de jouvence et d’optimisme ! Livre à mettre dans les mains de toutes les générations.
    Bravo .

Les commentaires sont fermés.