Les bases de l’analyse technique : les indicateurs partie 1

Par Keytrade Bank

Les outils d’analyse technique sont incroyablement nombreux, des plus simples aux plus complexes. La multitude des techniques d’analyse rend parfois la matière fort difficile. Si l’on dénombre une centaine d’outils, il faut savoir qu’ils peuvent être classés au sein de deux grandes familles : les outils qui servent à déterminer la tendance des cours de bourse, et les outils qui servent à donner des signaux de hausse ou de baisse, c’est-à-dire les moments de retournement de tendances.

Plusieurs indicateurs sont mis à la disposition des investisseurs dans la littérature ou sur internet. Les techniques les plus fréquemment utilisées sont les suivantes :

  • Les moyennes mobiles
  • Les indicateurs de MACD
  • Les indicateurs de RSI
  • Les indicateurs de Momentum
  • Les indicateurs de Stochastiques

1. Les tendances

Les cours de bourse ont une propension naturelle à suivre une certaine direction. C’est le fondement même de l’analyse technique. La tendance des cours représente un changement marqué des prix, c’est-à-dire un changement marqué consistant dans les anticipations des investisseurs. Lorsque les anticipations viennent à se modifier, les prix changent de direction et définissent une nouvelles tendance.

Il y a trois types de tendances :

  • La tendance haussière : elle est caractérisée par une succession de creux de cours de plus en plus élevés. Les investisseurs haussiers sont installés aux commandes et poussent les prix de plus en plus haut.
  • La tendance baissière : est caractérisée par une succession de pics de cours de plus en plus bas. Les investisseurs baissiers ont pris le contrôle du titre et poussent les prix de plus en plus bas.
  • La tendance stable : est caractérisée par une stagnation des cours de bourse dans un bande de variation plus ou moins large. La limite supérieure est appelée ligne de résistance et la bande inférieure est appelée ligne de soutien.

Le but des tendances est de gérer au mieux les probabilités de gains ou de pertes. Même si l’analyse se limite à déterminer les tendance de court terme et long terme, l’investisseur obtient un atout qu’il n’aurait pas eu sans l’analyse technique.

2. Support et résistances

Le support peut être considéré comme une zone à partir de laquelle les haussiers freinent la baisse les prix. Les acheteurs dans cette zone jugent les cours comme une excellente opportunité d’investissement. A ce moment, les acheteurs dominent les vendeurs, les cours partent donc à la hausse.

L’exemple ci-dessus nous indique un support matérialisé par une droite bleue à 88 €. Il est intéressant de voir le comportement des cours qui viennent buter sur cette droite au niveau des points 1,2,3 et 4 indiquant une pression acheteuse assez forte sur ce niveau.

Les résistances à l’inverse des supports sont des zones où il y a assez peu d’acheteurs pour soutenir les cours. Il s’agit d’un seuil à partir duquel les vendeurs prennent le contrôle des prix et s’opposent à la hausse des cours. Dans cette zone les vendeurs sont plus fort que les acheteurs; ce qui repousse les cours à la baisse.

La construction d’une droite de support / résistance nécessite au moins deux points, trois points. Il est important de signaler que plus une droite de support (ou de résistance) est touchée plus la probalité que cette droite casse est importante.

Un support est une zone où les acheteurs sont importants. Toutefois, leur capacité à repousser les cours à la hausse n’est pas infinie. Ainsi, plus les vendeurs vont repousser les cours en direction du support plus ils vont affaiblir les acheteurs.

Ce contenu a été publié dans Actions, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

3 réponses à Les bases de l’analyse technique : les indicateurs partie 1

  1. a makart dit :

    Oui effectivement les analystes techniques se trompent AU MOINS une fois sur trois… mais les trades gagnants compensent largement les trades perdants… l’analyse technique n’est qu’une « science » probabliste.
    En parlant de psychologie du marché, elle ne sert essntiellement qu’à déterminer les comportements erratiques, irrationnels, que sont par essence les marchés boursiers…

  2. de Mahieu dit :

    Et malgré tous les indicateurs techniques, cela n’empêche pas les analystes de se tromper une fois sur trois. L’économie restera toujours une science inexacte ou au moins imprécise, tellement il y a d’indicateurs, et surtout un indicateur important : la psychologie. Par exemple : pourquoi est-ce que masse achète quand les cours sont haut, et vend quand ils sont bas ? Voilà quelque chose de tout à fait irrationnel, mais pourtant réel.

    • I.de.L dit :

      Votre réaction vient à point: un article sur la psychologie des marchés est programmé pour la semaine prochaine. A suivre donc… sur MoneyStore!

Les commentaires sont fermés.