Le quatrième pilier des pensions, libre mais tellement nécessaire

Souvenez-vous du baby boom ! Cette montée dans les courbes de natalité a fait parler d’elle pendant des années. Le baby boom est ce pic de natalité que l’on a enregistré dans la plupart des pays du nord de l’Europe entre la fin de la deuxième guerre mondiale et le début des années soixante. Les enfants nés du baby boom sont appelés les « baby boomers ». Il s’agit vraiment d’une génération sociologique à part qui a développé des caractéristiques qui  lui sont propres. Beaucoup d’entre eux ont vécu l’abondance des années 60. Aujourd’hui, c’est une génération qui dispose de moyens financiers, qui est en bonne santé et qui développe le goût de vivre de nouvelles expériences. C’est aussi une génération qui est très éduquée.

Mais les « baby boomers » sont devenus des « papy boomers ». Les bébés d’hier sont aujourd’hui des seniors qui ont encore un avenir devant eux et qui entendent bien en profiter. Ils ont de nouveaux modes de communication, ils consomment différemment, aiment voyager et ont encore des projets d’aménagements ou d’acquisitions immobilières.  Ils vivent différemment des seniors d’il y a une ou deux générations. Ils vont encore aux concerts de leurs idoles qui ont le même âge qu’eux et qui chantent encore sur scène. Ils sont en bonne santé, font du sport et sont branchés Internet, Ipod, Ipad, GSM et GPS ! Ce sont des consommateurs énergiques et exigeants.

Aujourd’hui, l’espérance de vie est en moyenne de 82 ans et augmente de 2 mois chaque année. Ces jeunes vieillards vont donc vivre longtemps et ils auront besoin de financer leurs besoins de « jeunes vieux » mais aussi leur vieillesse finissante. Pour financer ces nouveaux besoins et pour combler le fossé entre la pension perçue dans le cadre des trois piliers et le dernier salaire, il leur faudra impérativement se constituer un capital suffisant dans le cadre du quatrième pilier.

Comment se constituer ce quatrième pilier ? Le quatrième pilier étant constitué de l’épargne volontaire, il peut s’ajuster aux besoins, à l’horizon d’investissement et à l’aversion au risque des futurs pensionnés. La plupart des épargnants privilégient, dans ce cadre, un investissement par l’intermédiaire de sicav. Ce placement, qui offre une grande diversification du risque, peut se décliner de différentes façons. Soit, l’épargnant décide d’investir dans plusieurs sicav ayant des allocations d’actifs différentes (actions, obligations,..) soit il peut s’orienter vers une ou plusieurs sicav patrimoniales selon son degré d’aversion au risque (défensives, neutres, agressives,..). Le futur senior peut aussi se tourner vers les assurances-vie qui vont lui procurer un certain capital à 65 ans.

Quand faut-il commencer à épargner pour sa retraite ? Beaucoup de personnes pensent qu’elles sont soit trop jeunes pour commencer à épargner pour leurs vieux jours soit qu’elles sont trop âgées. Les jeunes qui commencent à travailler aujourd’hui commencent globalement plus tard que l’âge auquel leurs parents ont commencé à travailler. Ils aiment consommer étant issus de la société de consommation. Ils pensent à s’acheter une voiture, à s’installer et à acheter un bien immobilier. Ils aiment voyager et son friands de nouvelles technologies. Toutes ces envies laissent peu de place pour une épargne à très long terme qui permettra de satisfaire des besoins … d’un autre âge ! Pourtant, il vaut mieux commencer à épargner tôt ! Commencer tôt ne signifie cependant pas qu’il faut épargner des sommes importantes. Il suffit de mettre de côté des sommes modiques qui fructifieront plus longtemps. L’idéal est de commencer entre 25 et 35 ans avec des investissements qui peuvent être, à partir d’un certain montant, plus risqués puisque l’horizon de temps est très long. Un profil plus neutre sera adopté entre 45 et 50 avec un glissement progressif du portefeuille vers des investissements plus défensifs (moins risqués). Après, 50 ans, l’âge de la retraite approchant, l’investisseur optera pour des placements défensifs.

Ce texte est rédigé par ING IM

 

Ce contenu a été publié dans Pensions, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.