Est-ce intéressant de souscrire à l’épargne-pension ?

Avec l’arrivée des « baby-boomers » à l’âge de la retraite, le financement des pensions est un véritable problème auquel chacun doit apporter une solution. Rares sont ceux qui ne sont pas conscients du problème que posera le financement de leur retraite. Il paraît évident que le premier pilier, la pension légale, ne suffira plus à couvrir décemment les besoins de ceux qui prennent leur retraite. Pour les employés qui bénéficient d’une pension extra-légale dans le cadre du deuxième pilier,  le niveau de vie devra également être revu à la baisse. Il paraît donc indispensable de se constituer un complément de pension grâce à son épargne personnelle qui représente le troisième pilier.

Aujourd’hui, les dépenses de pension du premier pilier représentent environ 10 % du PIB. Dans une cinquantaine d’années, elles représenteront plus de 15 % du PIB. La pension, qui est offerte par l’Etat, ne permet pas à la personne retraitée de conserver le même niveau de vie que celui de sa vie active.  D’où la nécessité de développer le deuxième et le troisième pilier des pensions. Si l’on veut une retraite honorable, il ne faut donc pas compter uniquement sur les autres et le troisième pilier doit être renforcé,  il est donc nécessaire d’épargner durant sa vie active.

Une des façons de s’y préparer consiste à investir dans un fonds d’épargne-pension qui bénéficie d’un avantage au niveau fiscal. Dans cette formule d’épargne, l’investisseur peut investir chaque année un montant fiscalement déductible de maximum 910 euros (montant pour 2012). Ce placement est déductible à l’impôt des personnes physiques à un taux de 30% minimum et de 40% maximum. Une révision de ces taux a été envisagée pour uniformiser le taux d’imposition à 30% mais cette mesure n’a pas encore été votée. Pour l’instant, l’avantage fiscal représente donc encore entre 273 et 364 euros.

La loi impose certaines règles pour y souscrire. Le contribuable doit être âgé de 18 ans minimum et 64 ans maximum et, pour bénéficier de tous les avantages, il doit investir au minimum durant 10 ans dans ce produit. Le dernier versement doit être effectué au plus tard le 31 décembre de l’année du 64ème anniversaire. A 60 ans, le contribuable doit payer une taxe unique de 4,75 % (6,25 % sur les montants versés jusqu’en 1991) qui est libératoire et calculée sur les sommes versées hors frais. Les montants épargnés après 60 ans ne sont pas taxés. L’investisseur n’est pas obligé de verser chaque année un montant de 910 euros, étant entendu qu’il ne pourra déduire de sa déclaration fiscale que les montants effectivement souscrits. Il doit effectuer au moins cinq versements pour pouvoir bénéficier de tous les avantages fiscaux. En cas de décès avant 60 ans, les prestations de l’assuré sont soumises également  à une taxation réduite de 10 %. En cas de rachat anticipé avant 60 ans sans mise à la retraite, la taxation sera de l’ordre de 33 %.

L’épargne-pension peut également être souscrite par le biais d’un contrat d’assurance. Dans ce cas, il s’agit d’un contrat de la Branche 21 avec un rendement garanti à l’échéance.

La souscription à une épargne-pension, sous forme de produit bancaire ou d’assurance, ne lie pas l’investisseur pour la durée du contrat à son banquier ou à sa compagnie d’assurance. Il peut transférer son contrat ou son fonds d’épargne-pension d’une institution financière à l’autre sans frais. Il ne peut cependant être titulaire que d’un seul contrat dans un seul organisme. Il n’y a pas de taxation de 33% s’il s’agit d’un transfert. Cette taxation ne vaut que pour un rachat anticipé.

En Belgique, il existe 23 fonds de pension qui offrent une certaine diversité à la fois en termes de risque, de frais et de rendement. La liste de ces fonds est disponible sur le site de Morningstar.

Souscrire à un fonds d’épargne-pension présente de nombreux avantages. La déduction fiscale de ce produit d’épargne permet d’accroître le rendement de ces fonds. De plus, c’est une façon avantageuse de se contraindre à épargner pour sa pension sachant qu’il est généralement admis qu’il vaut mieux commencer à s’en préoccuper le plus tôt possible. L’investisseur veillera cependant à choisir la formule qui lui convient le mieux et à vérifier les frais d’entrée, de gestion et les performances des différents fonds sur le marché. Certains fonds offrent également la possibilité d’investir selon des profils de risque différents. L’investisseur peut, selon son âge, passer d’un compartiment à l’autre en fonction de l’évolution de son aversion au risque au cours de sa vie : jeune, il peut investir davantage en actions et s’orienter par la suite vers un fonds moins risqué davantage investi en obligations.

Ce contenu a été publié dans Pensions, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Est-ce intéressant de souscrire à l’épargne-pension ?

  1. befb dit :

    Concernant la taxation à 60 ans, n’y a t il pas une différence de traitement entre l assurance pension et le fond de pension ?

    S il n y a pas de frais de transfert, y a t il d autres points sur les quels faire attention avant d aller voir la concurrence ?

    ps: je viens de découvrir le blog et m y abonne directement 🙂

Les commentaires sont fermés.