Pourquoi vendre une obligation avant son échéance ?

Lorsqu’on détient une obligation en portefeuille, il n’est pas nécessaire de la conserver jusqu’à son échéance. Il existe un marché secondaire qui permet aux détenteurs de ces titres de les vendre et aux investisseurs intéressés d’en acheter. Mais pourquoi vendre une obligation avant son échéance ? Plusieurs critères peuvent guider les investisseurs dans leur décision de vendre une obligation avant son terme :

  • Soit ils désirent prendre leur bénéfice. Le taux d’intérêt affiché par leur obligation est plus élevé dans un contexte général de taux d’intérêt bas. Comme l’obligation affiche un taux d’intérêt plus élevé que celui du marché, son prix s’est apprécié. Les investisseurs peuvent être intéressés de vendre leurs titres pour se diriger vers une autre classe d’actifs ou vers une autre obligation.
  • Soit les investisseurs peuvent être animés par un souci d’optimisation fiscale. Si une obligation d’un émetteur affiche un taux de, par exemple, 4% et que son prix est de 120, le détenteur paiera, à l’échéance, un précompte de 27% sur 4%. Il peut choisir de vendre son obligation à 120, aujourd’hui, et réinvestir le produit de la vente dans une nouvelle émission du même débiteur qui cote 100 et offre du 1,5 ou 2%. Il a pris sa plus-value, non taxée, et l’a réinvestie sur le même émetteur à un taux qui lui occasionnera une moindre taxation.
  • Soit les investisseurs ont des doutes sur la santé financière de l’émetteur. Dans ce cas, ils ont des inquiétudes sur la capacité de remboursement de la société à l’échéance et préfèrent vendre, même à perte, aujourd’hui. Les investisseurs doivent être conscients que le profil de risque de leur obligation peut changer en cours d’émission. Une obligation qui pouvait être qualifiée de défensive lors de son émission peut, en raison des mauvais résultats de l’émetteur ou de son exposition géographique, devenir plus risquée durant sa période d’émission. Le marché peut estimer que le risque de défaut augmente et exiger des taux d’intérêt plus élevés pour les nouvelles émissions. Le prix des obligations existantes, qui affichent des taux moindres, va donc diminuer sur le marché secondaire. Certains préfèreront cependant vendre, même à perte, plutôt que de prendre plus de risque.

En conclusion, soulignons qu’un investissement obligataire demande autant de vigilance qu’un investissement en actions. Les investisseurs doivent être conscients que ce type d’investissement engendre aussi des risques, des risques à prendre en considération et à revoir tout au long de la période d’émission de l’obligation.

Ce contenu a été publié dans FAQ, Obligations, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.