Qu’est-ce qu’une obligation perpétuelle ?

Une obligation perpétuelle est une obligation qui n’a pas de date d’échéance. On peut l’acquérir sur le marché primaire et elle se traite ensuite sur le marché secondaire (OTC) sur lequel on peut acquérir ou vendre les obligations émises.

Ces obligations sont assimilées à de la dette subordonnée. Cela signifie qu’en cas de faillite, le remboursement de ces obligations est subordonné au remboursement des dettes dites « senior », elles sont donc assimilées à du capital. Etant donné qu’elles sont plus risquées, ces obligations offrent un rendement supérieur à celui des obligations classiques (seniors).

Ces obligations se présentent sous la forme d’un contrat. Dans ce contrat, l’émetteur émet un call qui lui permet de racheter l’obligation à une certaine échéance. En général, ce call offre la possibilité à l’émetteur de rembourser son obligation pour lui permettre de se financer à de meilleures conditions.

Avant d’investir dans une obligation perpétuelle, l’investisseur veillera à bien lire le prospectus pour éviter quelques mauvaises surprises. Il faut qu’il se sente en confiance avec l’émetteur. Il doit veiller également aux clauses particulières qui peuvent, parfois, être insérées dans le contrat. Les investisseurs en obligations perpétuelles peuvent aussi être confrontés au risque de non-paiement des intérêts ce qui, pour ces obligations, n’est pas assimilé à un défaut de paiement. Dans ce cas, l’investisseur se retrouve avec des obligations sans date d’échéance et dont le débiteur ne paye plus les intérêts. Il prend donc le risque que le cours de son obligation s’effondre. Le non-paiement des intérêts est cependant un fait assez rare mais constitue néanmoins un risque.

Les obligations perpétuelles sont traitées over the counter (marché OTC). Leur liquidité dépend de la taille de l’émission. Aujourd’hui, ce marché est assez liquide en raison de grosses émissions qui y sont traitées. Cependant, il s’agit d’un marché très volatil qui a une sensibilité plus grande que le marché obligataire classique. Il est aussi fortement corrélé aux marchés d’actions.

Dans ce type d’obligations, il est aussi difficile de calculer le rendement. On compare la prime de risque offerte sur une période qui correspond à l’échéance du call avec le taux d’intérêt d’une obligation allemande qui a la même échéance que celle du call.

Avant l’instauration de Bâle III, les banques ont surchargé leurs bilans avec des émissions d’obligations perpétuelles car ces émissions, assimilées à de la dette subordonnée, leur permettaient d’améliorer leur ratio de fonds propres et de liquidité. Les nouvelles règles Bâle III ne permettent plus d’assimiler ces obligations perpétuelles à des fonds propres. Il est donc fort probable que, désormais, les banques vont alléger leurs bilans en remboursant ces obligations perpétuelles qui ne présentent plus le même intérêt pour leur ratio de liquidité. Ces obligations, lorsqu’elles sont remboursées sur base du call, le sont à leur valeur nominale (100) et non pas à la valeur de marché.

Les obligations perpétuelles sont des produits de placement qui se situent entre les actions et les obligations. C’est un placement alternatif. Elles offrent un rendement supérieur aux obligations classiques mais ce rendement ne doit pas occulter le risque et la volatilité de ce type de placements. Les cours de ces obligations sont très sensibles aux variations des taux d’intérêts. Elles combinent une maturité longue avec une forte exposition au risque de taux d’intérêts.

Ce contenu a été publié dans FAQ, Obligations, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Qu’est-ce qu’une obligation perpétuelle ?

  1. Patricia Meganck dit :

    Je ne connaissais pas l’obligation perpétuelle. Merci de nous l’avoir expliqué aussi clairement.
    Je vous souhaite une année pleine de succès.

Les commentaires sont fermés.