Hit-Parade des fonds : Les mines d’or s’enfoncent !

Notre hit-parade mensuel permet d’analyser l’évolution depuis le début de l’année des fonds commercialisés en Belgique, toutes catégories confondues. Ce mois-ci, le hit-parade fait le point sur la situation des fonds durant les six premiers mois de 2012.

On remarque qu’aucune tendance forte ne se dégage, durant le premier semestre, du côté des meilleures performances. Les performances se dispersent en effet entre différents secteurs : trois fonds dans l’immobilier asiatique s’inscrivent avec des performances avoisinant les 20% et trois fonds investis en biotechnologies affichent des performances entre 20 et 26% depuis le début de l’année.

Par contre, nous pouvons constater, une nouvelle fois, les mauvais résultats des fonds investis en métaux précieux et plus spécifiquement des fonds qui sont focalisés sur les actions des mines d’or. En effet, sur les 10 moins bonnes performances, cinq fonds ont des mines d’or en portefeuille et ont perdu, depuis le début de l’année, entre 14 et 22 %. «Cette situation perdure depuis plusieurs mois/trimestres maintenant. A l’aversion au risque des investisseurs, se sont ajoutés nombre d’éléments spécifiques (risques géopolitiques, inflation des coûts, problématique de financement,…) qui ont pesé sur la performance des mines d’or. La contreperformance des mines d’or nous semble aujourd’hui excessive par rapport à celle de l’or physique. Leur valorisation est sur des niveaux historiquement bas et un rattrapage significatif peut être envisagé surtout dans un contexte toujours porteur pour le marché de l’or», note Arnaud du Plessis, gestionnaire de fonds chez Amundi. Cet avis est confirmé par une étude réalisée en mai 2012 par Merril Lynch qui constate, après avoir consulté environ 200 professionnels du secteur, que le secteur des ressources naturelles est considéré comme étant le plus sous-valorisé depuis avril 2009. Cette baisse est due à un mouvement de désinvestissement très violent dans les portefeuilles. A cela s’ajoute que les incertitudes dans la zone euro ont fortement pénalisé le cours de l’or. On assiste à une forte baisse des positions spéculatives même si les investisseurs à long terme restent relativement stables.

Dans ce contexte, quelles sont les perspectives concernant les mines d’or ? Selon les analystes de la société URAM, l’investissement en mines d’or reste solide et le niveau des free cash flows s’est envolé laissant une marge pour la distribution de dividendes, le développement des acquisitions et des nouveaux projets. « Les politiques monétaires vont rester accommodantes pendant encore longtemps. En 2011, les achats nets des banques centrales ont atteint leur plus haut niveau depuis 1964 (455 tonnes). En 2012, les banques centrales vont continuer de diversifier leurs réserves monétaires en achetant de l’or. La demande chinoise est en forte croissance. Le marché chinois va bientôt devenir le plus important du monde », notent les représentants d’URAM. Il reste donc aux investisseurs à prendre leur mal en patience.

Ce contenu a été publié dans Hit-Parade des fonds, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.