Comment protéger son capital ?

Par CBC Banque

Une solution : les fonds structurés…

Dans le contexte actuel de grande aversion au risque, la protection du capital initial a particulièrement la cote auprès des investisseurs. Après des années successives d’importantes fluctuations sur les marchés financiers, l’investisseur recherche des formules permettant de s’aventurer sur ceux-ci avec une certaine quiétude.

Les fonds d’investissement structurés offrent la possibilité d’exploiter le potentiel de rendement d’un investissement sans toutefois compromettre le capital initial. Concrètement, la protection du capital s’applique à l’échéance finale du fonds et porte sur la valeur de souscription initiale (avant frais).

Ces fonds présentent bon nombre d’atouts car ils peuvent tout aussi bien investir dans des indices (ex : matières premières) ou des paniers d’actions exotiques ou encore dans des structures originales liées à des taux/cours de change. Ils élargissent ainsi l’horizon des investisseurs.

Les formules sont nombreuses : activer des cliquets pour tirer parti de plus-values intermédiaires ou profiter de corrections de marché, surperformer des indices par effet de levier, etc.

Le succès de ces fonds provient du cumul des deux objectifs poursuivis :

–                la récupération intégrale de la valeur initiale

–                la perception d’une plus-value éventuelle

Premier objectif : la protection du capital

Pour offrir cette protection, le capital initial est intégralement converti en investissements productifs d’intérêts qui constituent le « volet à revenu fixe » du fonds. Il s’agit de dépôts et/ou de titres de créance tels que des dépôts à terme, des obligations d’état, des obligations d’entreprises, des obligations structurées,…

La récupération à l’échéance des nominaux investis respectivement permettra de reconstituer le capital initial.

Il est bien évident qu’une sélection stricte d’émetteurs de qualité – présentant un score de solvabilité (ou rating) minimal de type « Investment Grade » – s’impose pour la sécurité de l’investissement. Ces scores sont établis et revus régulièrement par les agences de notation.

Les revenus générés par ces investissements serviront à atteindre le second objectif.

Deuxième objectif : la plus-value

Outre la protection du capital, un fonds structuré veut aussi offrir un rendement.

Pour ce faire, le gestionnaire de fonds va acheter des options au moyen des revenus d’intérêts (escomptés) provenant des investissements mentionnés ci-avant.

Il s’agit généralement d’options call, qui donnent au fonds le droit d’acheter un sous-jacent (un indice, des actions) à un prix déterminé au préalable. Si la valeur du sous-jacent augmente, la valeur de l’option grimpe aussi. Ce qui génèrera dans ce cas la plus-value espérée à l’échéance finale.

Quelques points d’attention

–                Ces fonds structurés peuvent être acquis pendant toute leur durée de vie mais la protection du capital s’applique uniquement à la valeur initiale du fonds pendant sa période de souscription.

–                Ces fonds ne doivent pas être conservés obligatoirement jusqu’à l’échéance finale. Toutefois, la protection du capital et l’objectif de réalisation d’une éventuelle plus-value sont uniquement valables à l’échéance finale ;

–                La valeur intermédiaire d’un fonds à protection de capital peut varier et est influencée par différents facteurs externes. Pour le volet option, des facteurs comme l’évolution des cours, la volatilité de l’option jouent un rôle déterminant. La valeur du volet à revenu fixe est pour sa part fortement influencée par les fluctuations de taux pendant la durée du fonds.

Source de l'illustration: Wikipédia
Ce contenu a été publié dans Gestion, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.