Qu’est-ce que les marchés frontières ?

Aujourd’hui, un nouveau terme est également utilisé pour qualifier certains pays qui sont en phase émergente et qui pourraient offrir un bon potentiel de croissance à terme. Il s’agit des «marchés frontières» qui sont des marchés dans leur première phase de croissance. Ils ne font pas encore partie des marchés émergents car la liquidité de leurs marchés des capitaux est encore insuffisante. Ils sont plus petits et moins développés que les pays émergents.

Par rapport aux pays émergents, les revenus de la population sont encore assez bas et, de ce fait, ils ne peuvent pas encore soutenir une croissance intérieure suffisante. Si les pays émergents sont les économies développées de demain, les pays frontières sont les pays émergents de demain. En effet, certains marchés frontières affichent une croissance plus élevée que certains pays émergents voisins.

De nombreux marchés frontières sont de grands producteurs de pétrole, de gaz et de métaux précieux. Ces produits devraient continuer à connaitre une demande soutenue au niveau international. Des infrastructures s’y développent présentant des opportunités pour les secteurs de la construction, des transports et des télécommunications. Parmi ces pays frontières, on trouve le Botswana (un des plus grands producteurs de diamant au monde), le Kazakhstan riche en pétrole ou encore le Nigeria, l’Ukraine et le Vietnam.

Ces pays présentent évidemment des risques que l’on pourrait qualifier d’erreurs de jeunesse : l’illiquidité des marchés, le manque d’information et de transparence, des systèmes politiques encore fragiles ou encore l’absence de cadres légaux développés et une corruption parfois importante. La plupart de ces pays sont dans le même état que les pays émergents il y a une vingtaine d’années et pourraient donc avoir un bel avenir devant eux.

Source de l’illustration : Wikimedia Commons

Ce contenu a été publié dans Divers, FAQ, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.