European Rating Agency : Une agence de notation européenne et … indépendante !

Les consultants Roland Berger Strategy développe une initiative novatrice en matière de rating : la création et le développement d’une agence européenne de rating indépendante. Actuellement, les agences de notation anglo-saxonnes (S&P, Moody’s et Fitch) constituent un véritable monopole qui dicte sa loi sur les marchés. On se souviendra que, durant la crise de 2008, elles n’ont pas décelé le problème lié à Lehman Brothers. Aujourd’hui, elles jouent un rôle prépondérant sur les marchés financiers en publiant des notations sur les dettes souveraines et les institutions financières européennes. En marge de cette position oligopolistique, ces sociétés sont très souvent amenées à donner des notations sur des sociétés qui les financent ou à octroyer des notations sur des produits pour lesquels elles ont participé à la conception.

Une réglementation européenne avait déjà tenté d’assainir le secteur et, aujourd’hui, c’est une initiative concrète qui voit le jour. La nouvelle agence indépendante ERA (European Rating Agency) sera créée, avant la fin de l’année,  sous la forme d’une société sans but lucratif (type mutuelle) dont les actionnaires seront des institutions financières, des compagnies d’assurance ou des brokers. La grande nouveauté de cette nouvelle agence est son indépendance par rapport aux émetteurs. Ce seront les utilisateurs des notations qui financeront le projet et non plus les émetteurs de produits. Les ratings seront élaborés par une équipe indépendante, constituée  pour partie de membres du monde académique. L’agence ne fournira pas, comme ses concurrentes, de services annexes.

Ce projet s’inscrit en marge de la recapitalisation des banques européennes dans le cadre d’un assainissement du système financier européen. « Cette agence permettra de réduire l’asymétrie entre les émetteurs et le marché. Face à un oligopole qui s’auto-entretient, cette agence fonctionnera sur base d’un autre business model dans lequel le coût de l’analyse de risque sera facturé au marché et non pas aux émetteurs.  Nous devrions ainsi éviter les conflits d’intérêt. Ce projet a, par ailleurs, obtenu le soutien de Febelfin », souligne Bruno Colmant Partner chez Roland Berger Strategy Consultants. Il ne s’agit pas de créer un substitut aux agences actuelles mais de compléter l’offre en augmentant sa qualité. Il reste aux utilisateurs de ces ratings à en faire bon usage : rappelons que les ratings ne doivent pas constituer le seul pilier d’une analyse crédit mais doivent s’inscrire comme un des éléments qui vient confirmer une analyse préalable.

 

Ce contenu a été publié dans Obligations, Placements, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.