Fonds ISR, une sélection stricte des investissements

Comment sont sélectionnées les valeurs dans les fonds ISRD (Investissement Socialement Responsable et Durable)? La sélection se fait en deux temps. Dans un  premier temps, une sélection sur base de critères éthiques et durables est effectuée. Ces critères de sélection sont définis de façon stricte et professionnelle. La sélection des valeurs sur base des critères ISR se fait soit par des bureaux externes spécialisés, soit par des équipes en interne d’asset managers spécialisés dans ce domaine. Un univers d’investissement est ainsi défini et les valeurs qui ont passé le filtre ISRD sont ensuite sélectionnées dans le fonds sur base de critères financiers. La sélection sur base de critères financiers vient donc après la sélection sur base des critères ISR.

Pour qu’un fonds puisse être qualifié d’ISRD, il devrait idéalement reprendre trois notions : une notion environnementale, une notion sociale et une notion de bonne gouvernance. Il s’agit alors de sélectionner dans les fonds les entreprises qui répondent le mieux à ces trois critères.

Beaucoup de fonds travaillent selon la méthode « Best In Class ».  Après avoir exclu certains secteurs de leur cible d’investissement comme, par exemple, le secteur de l’alcool, du tabac ou encore de l’armement, les gestionnaires sélectionnent, dans chaque secteur, les entreprises les plus durables sur base de quelques grands critères. A noter cependant, que tous les gestionnaires ne travaillent pas de la même façon et que certains ont développé leur méthode de sélection « maison ». De plus, il n’existe pas encore de législation en Belgique qui définit ce qu’est un fonds ISRD. Avant d’entrer dans ce type de fonds, l’investisseur veillera donc à se renseigner sur les critères de sélection ainsi que sur la politique et la méthode de sélection des valeurs dans le fonds.

Une question inquiète cependant les investisseurs : ces placements sont-ils aussi rentables que les placements « ordinaires »? D’année en année, c’est-à-dire à court terme, des différences de rendement peuvent apparaître entre les placements éthiques et classiques. Les fonds éthiques ne sont pas pour autant considérablement plus risqués que les placements non-éthiques. A moyen et long terme, des études académiques ont démontré que les placements éthiques ne sont ni plus ni moins rentables que les placements classiques et ne sont pas considérablement plus risqués. On constate que, dans la crise qui a secoué les marchés en 2008, les investisseurs en ISRD ont été plus stables car ils ont souvent une perspective à plus long terme. Globalement, en 2008, ce marché s’est mieux tenu que le marché en général.

 

Ce contenu a été publié dans Placements responsables, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.