Hit-Parade des Fonds : Suisse au sommet, Turquie au tapis !


Nous publions notre hit-parade des fonds du mois de septembre. Ce hit-parade reprend à la fois les dix meilleures performances et les dix plus mauvaises performances du mois, toutes catégories confondues. Les performances sont présentées à partir du 1er janvier de cette année et sur base du rendement annualisé sur 3 ans, 5 ans et 10 ans pour des fonds ayant au moins 3 ans d’existence et qui sont commercialisés sur le marché belge.

Ce classement a la particularité, non pas de pointer du doigt certains fonds, mais plutôt de dégager de grandes tendances sur les marchés.

Deux éléments frappent d’emblée :

  • Les très bonnes performances des obligations libellées en francs suisses. Les dix gagnants sont des fonds libellés dans cette devise qui s’est fortement appréciée au cours de la crise de cet été. Le franc suisse, à l’instar de l’or, a été considéré comme un valeur-refuge.
  • Les très mauvaises performances des fonds investis en Turquie. Comment explique-t-on que sur dix fonds, cinq d’entre eux soient investis sur le marché turc ? Que s’est-il donc passé en Turquie ?

Selon Ahmet Akarli, économiste chez Goldman Sachs, cité par La Tribune le 23 août dernier, il est certain que l’économie turque va entrer en récession si ce n’est déjà fait. Le déficit des comptes courants (balance courante) de ce pays a atteint un niveau record en atteignant les 72,5 milliards de dollars sur un an. En marge de cette situation, la lire turque ne cesse de perdre de sa valeur depuis le début de l’année. Malgré l’assainissement du système bancaire, l’inflation qui est en baisse reste toujours à des niveaux élevés. Selon La Tribune, la Turquie annonce un plan de redressement économique pour septembre.

Selon Dexia Asset Management, « La Turquie tente de contrôler l’explosion des prêts. Le gouvernement travaille sur de nouvelles mesures pour gérer le problème d’une surchauffe de l’économie. Les mesures prises par la CBRT comprennent l’augmentation des exigences de réserve et des provisions générales pour les prêts, tandis que les acteurs du marché sont dans l’expectative des résultats de ces mesures sur le marché, résultats qui devraient – étant donné que les banques devront réduire leurs profits – avoir un effet négatif sur le secteur. Au vu de cette situation, les investisseurs se tournent davantage vers des pays présentant des perspectives plus favorables. L’indice national (ISE-100) pourrait dès lors poursuivre sa tendance baissière au cours de la prochaine période ».

Les analystes de chez BNP Paribas Investment Partners corroborent ces deux explications. La situation des portefeuilles turcs s’expliquent à la fois par des données macroéconomiques propres à ce pays, comme la situation de la balance courante qui s’est dégradée,  mais aussi  par le fait que la Russie a connu un regain d’intérêt auprès des investisseurs. Ces investisseurs ont déplacé leurs avoirs de Turquie vers la Russie. Les agences de notation surveillent de près l’évolution de la balance courante turque. Les investisseurs ont intérêt à tenir à l’œil les placements dans ce pays.

Source des données chiffrées : www.morningstar.be/be/

 

Ce contenu a été publié dans Hit-Parade des fonds, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.