Hit-parade des fonds : Risques politiques plus qu’économiques



Moneystore.be publie son hit-parade mensuel des fonds qui reprend les 10 meilleures et 10 moins bonnes performances des fonds toutes catégories confondues.

Une fois de plus, les fonds obligataires sur-performent les fonds actions : les 10 meilleurs fonds sont des fonds obligataires.

  • En cause : la baisse des taux qui provoque une augmentation de  la valeur des obligations en portefeuille. Ce mois-ci, les obligations en livre sterling émergent une fois de plus dans ce palmarès. « Ce n’est pas l’effet devise qui joue dans ce cas mais plutôt le fait que les obligations en livres sterling ont des durations élevées et, de ce fait, elles profitent davantage des baisses de taux que les obligations à duration plus courtes », note Lazlo Belgrado, Responsable de la gestion des fonds obligataires chez KBC Asset Management.
  • On constate également que certains marchés locaux ont davantage profité de cette situation en raison aussi de la bonne qualité de ces marchés. Il s’agit du Royaume-Uni, de l’Australie ou de la Suède. « Les obligations suédoises, danoises et britanniques prouvent, qu’aujourd’hui en obligations, c’est la qualité qui paye », ajoute Lazlo Belgrado.
  • Quant à l’avenir, il devient de plus en plus difficile de discerner quelles seront les tendances. « Nous sommes surtout face à un risque politique plus qu’à un risque économique. Les fondamentaux sont forts mais le risque politique est élevé. Quand on voit l’attitude des hommes politiques grecs ou italiens, on est face à une situation inédite. Aujourd’hui, on peut dire que le risque est bon marché : il y a de bons rendements à terme mais il y a toujours ce risque politique. Je n’ai, personnellement, jamais connu une telle incertitude durant ma carrière », reconnaît Lazlo Belgrado.
  • En ce qui concerne les mauvaises performances en actions de l’Europe de l’Est, il faut aller chercher l’explication … dans la zone euro. « La plupart des pays de la région bénéficient d’une situation financière saine, avec une dette publique faible et des déficits budgétaires sous contrôle. Leurs liens économiques étroits avec la zone euro ont résulté en un déclassement des attentes concernant la croissance du PIB et un affaiblissement des devises. Tout cela a été reflété dans le cours des actions qui ont atteint des niveaux très attractifs », souligne-t-on chez Franklin Templeton Investments. Les secteurs de la finance, des médias et de la consommation ont été particulièrement affectés par cette situation.

 

Ce contenu a été publié dans Hit-Parade des fonds, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.