Qu’est-ce que la gestion conseil?

Selon votre profil d’investisseur, votre connaissance des instruments financiers et le temps dont vous disposez, vous pouvez choisir de déléguer totalement ou en partie la gestion de votre portefeuille de placement. Un choix important qu’il convient de prendre avec l’aide d’un conseiller financier.

En matière de placement financier, la notion de portefeuille se conçoit à partir d’un montant d’environ 100.000 € investis dans différents actifs financiers. On distingue quatre grandes classes d’actifs : les actions, les obligations, les placements alternatifs et les liquidités. Celles-ci regroupent chacune différents types d’instruments financiers de même catégorie et présentant des caractéristiques techniques semblables.

La classe « obligations », par exemple, regroupe les emprunts d’état, les obligations d’entreprise (classiques ou convertibles, liées à l’inflation, à taux flottant), les dettes émergentes, les sicav obligataires, etc.

Quel mode de gestion choisir ?

Tout est question de connaissances financières préalables mais aussi de disponibilité car les marchés financiers requièrent un suivi régulier et une réactivité devenue de plus en plus primordiale tant la volatilité des marchés est grande.

Que l’on soit initié ou pas, deux voies se présentent pour la constitution d’un portefeuille : une gestion conseil (assistée) ou une gestion discrétionnaire (déléguée).

La gestion conseil

Si l’on opte pour la gestion conseil, cela implique très concrètement que toutes les opérations financières seront décidées par l’investisseur. Pour ce faire, il se documentera au mieux par tous les moyens mis à sa disposition : médias, internet, institutions financières, etc.

Le conseiller financier, après avoir établi un profil d’investisseur, se chargera d’informer régulièrement le client quant à des opportunités d’investissement, d’arbitrage ou de réinvestissement des titres échus en fonction du niveau de risque convenu.

Cela peut se faire par mail, par téléphone ou durant des rendez-vous périodiques.

Il est clair qu’en gestion conseil, la disponibilité de l’investisseur lors des sollicitations du conseiller est primordiale pour ne pas manquer certaines opportunités.

Les modalités de ce service sont consignées dans une convention qui établit de manière claire les droits et devoirs de chaque partie.

Bien équipé techniquement, ce conseiller pourra anticiper et proposer mais n’effectuera aucune opération sans un accord écrit de la part de l’investisseur.

Il est toutefois loisible à l’investisseur de passer ses ordres lui-même via des applications « online » sécurisées proposées par les institutions financières.

La gestion conseil ouvre souvent l’accès à des outils de valorisation de portefeuille, de répartition en terme d’exposition au risque de marché (bourses, taux, devises) voire encore de calcul de rendement annuel mais aussi historique.

Bon nombre d’institutions mettent à disposition et à jour ces informations quotidiennement gratuitement via leur site Internet sécurisé. Des programmes sophistiqués facilitent de la sorte la tâche des investisseurs pour le suivi de leur portefeuille.

Envisager de valoriser et gérer soi-même son portefeuille sur un tableur personnel est déraisonnable tant la matière financière est complexe. Il faut en effet savoir gérer de façon comptable des apports, des retraits, des rentrées de dividendes et/ou d’intérêts pour calculer correctement la performance du portefeuille.

La répartition de l’exposition au risque est aussi fondamentale et ce n’est pas chose aisée surtout lorsque le portefeuille comprend des investissements mixtes composés d’actions et d’obligations (exemple : certains types de sicav).

Ce texte est rédigé par CBC Banque & Assurance

 

Ce contenu a été publié dans FAQ, Gestion, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

8 réponses à Qu’est-ce que la gestion conseil?

  1. jean helft dit :

    je connais une banque qui fait ce que vous cherchez: la keytrade.
    Quand vous avez un compte chez eux vous pouvez créér des portefeuilles fictifs et
    la banque les met à jour tous les jours.
    Ca devrait résoudre votre problème me semble-t-il?

    • MATHIEU Jacques dit :

      Merci beaucoup.

      Je vais étudier de plus près les possibilités pratiques de Keytrade dans le domaine de la consolidation de différents portefeuilles.

      Jacques Mathieu

    • Dricot Philippe dit :

      Ce service est aussi offert au travers du Home Banking ING en utilisant la fonction portefeuille fictif (mise à jour journalière).

  2. MATHIEU Jacques dit :

    Chère Madame,
    L’avant dernier paragraphe de l’article ci-dessus décourage l’investisseur de gérer lui même son portefeuille sur un tableur. Je suis d’accord que la matière est complexe et prend beaucoup de temps.
    J’essaye d’appliquer le grand principe de la diversification également aux banques. J’ai donc disons 3 portefeuilles dans 3 banques. Ai-je tort? ou est-ce sage?
    Comment sans tableur personnel faire la synthèse de ces 3 portefeuilles? qui sont suivis avec des outils différents dans chaque banque?
    Jusqu’en Octobre 2010 la DB offrait ce service une fois par an, mais ce service a été arrêté.
    Connaissez vous une autre manière de regrouper et suivre ces 3 portefeuilles sans un tableur personnel?
    Je vous remercie d’avance pour votre perspective.
    Bien a vous

    Jacques Mathieu

    • I.de.L dit :

      Un grand merci pour votre question pertinente et très intéressante car elle permet d’approfondir la notion de gestion du risque et donc de saine répartition par la diversification.
      Avant toute chose, il est bon de préciser un point : à partir du moment où vous détenez des titres en compte, il n’y a pas plus de risque de les détenir auprès d’une seule banque que de les répartir auprès de différentes institutions financières. En cas de faillite d’une institution financière, la garantie d’Etat porte sur les liquidités en compte à hauteur de 100.000 € maximum (à vue, à terme, en épargne). Les titres sont quant à eux inscrits à votre nom auprès de sociétés spécialisées; ils n’entrent pas en compte dans la faillite.
      Effectivement, la diversification d’un portefeuille est essentielle et comprend également une diversification des gestionnaires et des styles de gestion au sein d’un portefeuille (indicielle, active,…).
      Cette diversification vous pouvez aussi bien l’obtenir (hormis une gestion en lignes individuelles) en sélectionnant des instruments financiers gérés par différents asset managers avec des styles et objectifs très différents. C’est ce que l’on appelle une gestion en architecture ouverte.
      En ce qui concerne la globalisation de ces portefeuilles pour en avoir une vue d’ensemble, ce service est offert
      – soit par des Family Offices mais ils sont orientés surtout vers les très gros portefeuilles,
      – soit par certaines institutions qui acceptent d’encoder des avoirs externes en « ajout » aux avoirs sous gestion conseil. A charge à ce moment à l’investisseur de communiquer régulièrement les adaptations réalisées sur ces avoirs externes.
      La fusion des trois portefeuilles est très importante afin que vous puissiez voir l’ensemble de vos investissements et en apprécier la répartition globale du risque y attaché (par classes d’actifs, par régions, par secteurs, par devises etc…).
      Ce qui est difficile c’est de gérer seul un portefeuille d’une certaine taille sur un tableur, la complexité à la fois des marchés et des produits rend effectivement cet exercice délicat. Par contre, la gestion du portefeuille par des professionnels ne doit pas exempter l’investisseur de s’informer. Ce que vous faites apparemment!

      • MATHIEU Jacques dit :

        Chère Madame,

        Grand merci pour votre longue et pertinente réponse.
        Je comprends qu’il n’y a pas de risque financier à avoir son portefeuille dans une seule banque.
        Toutefois, comme vous le mentionnez l’avantage d’avoir 3 banques est de profiter de la diversification des gestionnaires et des styles… et des recommandations.
        Mon portefeuille n’étant pas assez grand pour faire appel à un Family Office, pourriez-vous me communiquer le nom de quelques institutions qui acceptent d’encoder les avoirs externes afin de les inclure dans leurs analyses régulières de portefeuille? Je n’en connais pas.
        Je vous remercie d’avance.

        Jacques Mathieu

        • I.de.L dit :

          A priori je n’en connais pas. Renseignez vous auprès de vos banquiers actuels. De mon côté, je me renseignerai et vous tiens au courant.

          • I.de.L dit :

            Après m’être renseignée, voici ce qu’un gestionnaire me répond: « Peu de sociétés de bourse pratiquent cela alors que c’est une approche qui intéresse de plus en plus de personnes.
            Je pense que certaines sociétés de gestion de plus petites tailles doivent aussi le pratiquer mais c’est un service qui est facturé ».

Les commentaires sont fermés.