La Revue : Les pays émergents d’Europe de l’Est et d’Asie souffrent aussi de la crise

La plupart des pays émergents d’Europe de l’Est et d’Asie sont revenus à des niveaux de croissance plus faibles avec un taux de croissance anticipé pour 2011 de 4.3%. Les problèmes des dettes souveraines en Europe ont un impact sur les pays émergents. Dans une économie globalisée, si l’Europe Occidentale tousse, les émergents s’enrhument aussi. Pourquoi ? « L’Europe de l’Est et la région d’Asie Centrale sont particulièrement dépendantes de l’Europe Occidentale à la fois en tant que source d’exportation mais aussi sous un aspect financier comme source de placements. La région a des liens financiers très forts avec les pays d’Europe de l’Ouest qui ont été la source de la croissance dans cette région du monde mais qui sont, aujourd’hui, une source de vulnérabilité », souligne Philippe Le Houérou, Vice-Président pour l’Europe et la région d’Asie Centrale à la Banque Mondiale.

Ces pays se sont bien remis de la crise de 2008-2009, le PIB reste encore en-dessous de son niveau de 2007 dans seulement 8 pays sur 30. Dopés par des prix des matières premières élevés, ces pays ont mieux performé que ceux de l’Ouest. Un facteur à suivre cependant est la hausse du chômage dans ces pays. Le taux de chômage est de 13% contre 10% en 2008-2009. Ce chômage frappe plutôt une population jeune et, pour limiter les effets de la crise sur le marché de l’emploi, les Etats ont pris des mesures à travers de larges programmes d’embauche.

Les banques européennes, à travers le crédit, ont soutenu la croissance dans les pays émergents. Selon une étude d’AXA IM, ce sont les pays d’Europe de l’Est qui seront les plus affectés par une crise bancaire en Europe de l’Ouest. « L’autre canal par lequel les marchés émergents sont exposés à cette crise est celui des flux de capitaux. Si la crise bancaire en Europe devait déclencher un effondrement du crédit, les flux de capitaux étrangers seraient rapatriés des pays émergents et menaceraient le financement des déficits courants de certains pays », souligne Manolis Davradakis, de chez AXA IM. Et de pointer plus particulièrement la situation turque, pays où les flux de portefeuille couvrent plus de 32% du déficit courant. Selon la Banque Mondiale, il ne faut pas sous-estimer l’importance des banques grecques dans les Balkans et des banques italiennes  en Europe Centrale.

Si ces banques ont des problèmes, cela se répercutera dans ces pays émergents d’Europe de l’Est. Les pays d’Amérique Latine sont, quant à eux, exposés à cette crise en raison de l’engagement des banques espagnoles dans leur économie.

En conclusion les pays émergents sont exposés à deux titres à la crise en Europe Occidentale :  les économies à fort déficit courant sont exposées à un retournement des flux de capitaux et  les pays présentant des créances étrangères élevées sont davantage exposés à une crise bancaire internationale.

 

Ce contenu a été publié dans Actualité, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.