100 jours depuis le  Brexit : les impacts négatifs pour le Royaume-Uni sont en hausse

@Pexels

Par Volker Schmidt, Senior Portfolio Manager, Ethenea

Début janvier, le Royaume-Uni a quitté l’Union européenne pour de bon. Aujourd’hui, environ 100 jours après le Brexit, on peut faire le point sur la situation. Il est devenu évident que le Brexit provoque déjà des changements économiques de grande ampleur. Et il ne semble pas y avoir de fin en vue.

 

Selon les derniers calculs de la Commission européenne, le Brexit s’avérera coûteux pour le Royaume-Uni, les dommages causés à l’économie britannique d’ici à la fin de 2022 étant estimés à plus de 40 milliards de livres sterling. Avec un produit intérieur brut (PIB) d’environ 2.000 milliards de livres sterling, cela correspond à environ 2,25 %. À titre de comparaison, une perte moyenne d’environ 0,5 % est attendue pour les États de l’Union européenne.

Continuer la lecture sur Moneystore de « 100 jours depuis le  Brexit : les impacts négatifs pour le Royaume-Uni sont en hausse »

Quelles technologies pour arriver à la neutralité carbone ?

@Pexels

Par BNPP AM

Il n’existe pas de solution miracle pour lutter contre le changement climatique. Pour parvenir à la neutralité carbone d’ici le milieu du siècle, il faudra probablement mobiliser tous les instruments et accélérer la cadence. Selon le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), l’échéance de 2050 est la date cible pour atteindre la neutralité carbone et limiter l’augmentation de la température mondiale à moins de 2°C, voire 1,5°C.

Continuer la lecture sur Moneystore de « Quelles technologies pour arriver à la neutralité carbone ? »

Est-ce possible de payer les droits de succession au moyen d’œuvres d’art ?

@Pexels

Par Sophie Slits, senior estate planner à la Banque Nagelmackers

Un passionné pour un peintre belge a acquis une belle collection de son œuvre. Mais ses enfants ne partagent cependant pas cette passion. De plus, sa collection n’irait pas avec leur intérieur contemporain. Les enfants peuvent-ils alors payer les droits de succession dus sur son patrimoine au moyen de ces œuvres d’art.

Ou, inversement, les enfants ont des œuvres d’art qu’ils ne peuvent plus mettre dans leur nouvelle maison et leurs propres enfants n’ont aucun intérêt pour cette collection. Peuvent-ils payer les droits de succession dus sur le patrimoine de leurs parents au moyen de leurs propres œuvres d’art?

Continuer la lecture sur Moneystore de « Est-ce possible de payer les droits de succession au moyen d’œuvres d’art ? »

Qu’est-ce que le ratio de Sharpe ?

@Pexels

Pour pouvoir comparer des investissements entre eux ou pour effectuer des arbitrages entre des actifs en portefeuille, les asset managers utilisent le ratio de Sharpe. Ce ratio a été mis au point par l’économiste William Forsyth Sharpe en 1966.

Le ratio de Sharpe permet de mesurer la performance par rapport au risque. Il compare alors la performance d’un actif à celle d’un placement sans risque.

Continuer la lecture sur Moneystore de « Qu’est-ce que le ratio de Sharpe ? »

Qu’est-ce que la stratégie growth ? Et la stratégie value ?

Dans les portefeuilles des fonds, il y a plusieurs façons d’aborder les titres. Certains vont privilégier la stratégie « growth » alors que d’autres se concentreront plutôt sur la stratégie « value ». Certaines entreprises sont attrayantes pour leur valorisation, d’autres en raison de leur croissance actuelle et potentielle. On parle alors de gestion value (valeur) ou de gestion growth (croissance). Dans les valeurs cotées, on parle aussi de titres qui sont plutôt value ou d’autres qui sont growth. Qu’entend-on par là ?

Continuer la lecture sur Moneystore de « Qu’est-ce que la stratégie growth ? Et la stratégie value ? »

Pourquoi et comment repenser le modèle de portefeuille 60/40 ?

@Pexels

Vincent Juvyns, Global Market Strategist. J.P. Morgan Asset Management

L’un des défis les plus immédiats auxquels sont confrontés les investisseurs depuis la pandémie consiste à construire des portefeuilles résistants qui offrent des « performances décentes » compte tenu du niveau actuellement bas des rendements des obligations souveraines. Les emprunts d’État offraient auparavant des revenus et la possibilité de solides performances positives en périodes de récession et de marché baissier. Dans ce contexte, le maintien d’une exposition équilibrée aux actions et aux obligations d’État a toujours permis de bien diversifier son portefeuille.

Continuer la lecture sur Moneystore de « Pourquoi et comment repenser le modèle de portefeuille 60/40 ? »